Árni Magnússon traduit Hrólfr kraki

Árni Magnússon, traduction latine d’une saga en vieil islandais, c. 1690 © Stofnun Árna Magnússonar

L’Institut Arnamagnæan, à Copenhague, conserve treize manuscrits de la saga de Hrólfr kraki, rédigée au XIVe siècle. Parmi eux, le ms. AM 922 4to a ceci de particulier qu’il présente, en regard du texte en vieil islandais, sa traduction en latin par Árni Magnússon (1663-1730). Passionné de manuscrits, celui-ci a légué sa collection à l’Université de Copenhague, où il était professeur de philologie. La collection se répartit aujourd’hui entre l’Institut Arnamagnæan, à Copenhague, et l’Institut Árni Magnússon d’études islandaises, à Reykjavík. Composée d’environ trois mille manuscrits (XIIe – XVIIIe siècles), la collection arnamagnéenne est inscrite depuis 2009 au registre Mémoire du monde de l’UNESCO.

Le latin a tenu lieu de lingua franca en Europe pendant une bonne partie du XIXe siècle. Si la traduction du latin vers les langues vernaculaires a l’objet de nombreux travaux, les traductions vers le latin restent encore peu étudiées. Pour Árni Magnússon et bien d’autres chercheurs-traducteurs de l’époque, il s’agissait de rendre les textes plus accessibles aux savants étrangers et au grand public. Avec sa mise en page inédite — vieil islandais et latin face à face —, le manuscrit AM 922 annonce les éditions savantes modernes de la Loeb Classical Library ou de la « collection Budé » aux éditions des Belles Lettres. La saga Hrólfr kraki a été traduite en français par Régis Boyer, qui la présente en ces termes :

Ainsi se déploie cette célèbre saga, à la fois épique, merveilleuse et tragique, apparentée au fameux Beowulf anglo-saxon. Bödvarr, l’homme-ours, ou Hjalti, qui boit le sang du dragon, sont parmi les grandes figures de cette geste pleine de passions fatales et de magiciennes maléfiques ; les bêtes fauves tutélaires y surplombent de leurs ombres les affrontements des rois du Nord, qu’il s’agisse de l’Ours danois ou du Verrat sacrificiel des Suédois.

 

Bibliographie

Inventaire de la Collection arnamagnéenne, Institut Árni Magnússon, Reykjavik.

Jónsson, Már, « Árni Magnússon, an early-modern collector of medieval manuscripts », Tabularia, « Autour des sagas : manuscrits, transmission et écriture de l’histoire », 2015.

Kıvılcım Yavuz, N., « Early Modern Translations into Latin and Manuscripts as Scholarly Editions: The Case of AM 922 4to », manuscript.ku.dk.

Saga de Hrólfr kraki, trad. Régis Boyer, Toulouse, Anacharsis, 2008.

Slay, Desmond, The Manuscripts of Hrólfs saga Kraka, Bibliotheca Arnamagnæana 24, Copenhague, Ejnar Munksgaard, 1960.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 5 janvier). Árni Magnússon traduit Hrólfr kraki. Manuscrits de traduction. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy17

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search