T. S. Eliot traduit Saint-John Perse

T. S. Eliot, traduction d’Anabase de Saint-John Perse, c. 1929 © Fondation Saint-John Perse

La Fondation Saint-John Perse, à Aix-en-Provence, conserve les manuscrits de plusieurs traductions en anglais de la poésie de Saint-John Perse, dont une version d’Anabase par T. S. Eliot révisée par l’auteur. Ayant découvert l’Anabase dès 1924, T. S. Eliot entreprend de traduire en anglais ce poème où il entend maint écho de son propre Waste Land, paru deux années plus tôt. En janvier 1927, il prie Saint-John Perse de réviser le manuscrit de sa traduction et de répondre à une liste de questions encore en suspens. Valery Larbaud, qui voit dans l’Anabase un « monument poétique planétaire », sera entre-temps chargé par Saint-John Perse de réviser la traduction à partir de ses propres commentaires et de répondre aux questions du traducteur. Voici en quels termes le traducteur (parlant de lui à la troisième personne) évoque son travail :

When this translation was made, Saint-John Perse was little known outside of France. The translator, perhaps for the reason that he was introducing the poem to the English-speaking public, was then concerned, here and there, less with rendering the exact sense of a phrase, than with coining some phrase in English which might have equivalent value; he may even have taken liberties in the interest of originality, and sometimes interposed his own idiom between author and reader.1

 

Bibliographie

Catalogue des manuscrits,  Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.

Hartmann, Esa, « Anabasis de T. S. Eliot et Saint-John Perse : genèse d’une traduction à quatre mains », Palimpsestes, n° 34, 2020, p. 101-118.

Hartmann, Esa, « Saint-John Perse et T. S. Eliot : une traduction à deux plumes », in Patrick Hersant (dir.), Traduire avec l’auteur, Paris, Sorbonne Université Presses, 2020, p. 45-73.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 14 janvier). T. S. Eliot traduit Saint-John Perse. Manuscrits de traduction. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy1f

  1. T. S. Eliot, « Note to revised edition », 1949, dans Saint-John Perse, Anabasis, A translation by T.S. Eliot, New York, Harcourt Brace and Company, 1949, p. 13. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search