Fonds Barbara Wright

Barbara Wright, traduction des Exercices de Style de Raymond Queneau, 1957 © Lilly Library

La Lilly Library, à Bloomington (Indiana), conserve les documents de travail de Barbara Wright (1915-2009), l’une des principales traductrices anglaises de la littérature française moderne. Après des études de musique à Paris, Wright devient critique d’art et critique littéraire avant de se consacrer presque exclusivement à la traduction. Elle se spécialise dans la « prose poétique » et le théâtre, mais aussi dans les écrits surréalistes et existentialistes, mais traduit aussi des essais féministes, des romans historiques et de la littérature fantastique. Wright a fait découvrir le « nouveau roman » au public anglophone, et a traduit de nombreux auteurs tels que Raymond Queneau, Tristan Tzara, Nathalie Sarraute, Robert Pinget, Samuel Beckett, Marguerite Duras, Jean Genet, Eugène Ionesco et Alfred Jarry, dont elle a traduit Ubu Roi en 1951 — le fameux premier mot d’Ubu, “Merdre !”, est traduit par “Shittr !”

Le fonds Barbara Wright de la Lilly Library est riche de 7 000 documents de toutes sortes, les traductions y occupant une place de choix. Sa riche correspondance avec les auteurs qu’elle traduisait et sa bibliothèque de travail sont également accessibles.

Une remarquable exposition en ligne permet de découvrir des brouillons, des carnets de notes et quelques pages de sa correspondance avec agents ou éditeurs. Pour citer le texte de présentation :

Les archives de Wright sont cruciales pour toute étude de l’approche interprétative, car ses notes et sa correspondance méticuleusement conservées saisissent de manière à la fois exhaustive et transparente chaque étape de son processus, fournissant ainsi un guide microcosmique de ce type de traduction. Listes de vocabulaire, brouillons multicolores, correspondance témoignant d’une collaboration avec l’auteur : Wright documente elle-même la transformation des Exercices de style en Exercices in Style, permettant aux spécialistes d’examiner ses choix de traduction et son implication dans le processus.

Voici le passage des Exercices de style de Queneau traduit ci-dessus : 

Cet autobus avait un certain goût. Curieux mais incontestable. Tous les autobus n’ont pas le même goût. Ça se dit, mais c’est vrai. Suffit d’en faire l’expérience. Celui-là — un S, pour ne rien cacher — avait une petite saveur de cacahouète grillée je ne vous dis que ça. La plateforme avait son fumet spécial, de la cacahouète non seulement grillée mais encore piétinée1.

 

Bibliographie

Barbara Wright Papers, Lilly Library, collection LMC 2360.

Bellos, David, « The Artist on her Trapeze: Barbara Wright’s 99 Variations on a Theme by Raymond Queneau », Asymptote, avril 2014.

Kelly, Debra, et Madeleine Renouard (dir.), Barbara Wright: Translation as Art, Londres, Dalkey Archive Press, 2013.

Queneau, Raymond, Exercices in Style, trad. Barbara Wright, Londres John Calder 1958, et New York, New Directions, 1981.

Renouard, Madeleine, Debra Kelly et Jill Fell, « Barbara Wright: Translator of French literature who adapted Ionesco, Jarry and Genet », The Independent, 23 October 2011.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 1 janvier). Fonds Barbara Wright. Manuscrits de traduction. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0s

  1. Raymond Queneau, Exercices de style [1947], Paris, Gallimard, coll. « Gallimard Jeunesse », 2002, p. 93 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search