Robert Van Nuffel traduit Giuseppe Ungaretti

Robert Van Nuffel, traduction d’un poème de Giuseppe Ungaretti, 1950 © Archives et Musée de la Littérature

Les Archives et Musée de la Littérature, à Bruxelles, conservent les brouillons de la traduction par Robert Van Nuffel du poème « Gridasti : soffoco » de Giuseppe Ungaretti, ainsi que plusieurs lettres échangées entre l’auteur et le traducteur au sujet du travail en cours. Professeur d’italien à l’université de Gand, Van Nuffel découvre le poème peu après sa parution en revue et décide de le traduire. Emilio Sciarrino a mis en lumière les aléas de cette collaboration délicate :

Il soumet par lettre le premier jet de sa version française à Ungaretti, qui lui envoie en réponse des corrections et des remarques, selon un dispositif classique de traduction collaborative […]. Mais ce travail à quatre mains ne répond pas vraiment aux attentes de l’auteur, illustrant parfaitement les difficultés linguistiques et pragmatiques parfois posées par la traduction collaborative. Cependant, à force de perfectionner la traduction en français, Ungaretti est amené à revoir son poème italien, comme lors d’une auto-traduction qui entraînerait des modifications du texte d’origine1.

Au terme du processus, l’auteur insatisfait va retraduire le poème en français avec Jean Lescure ; c’est cette version qui sera recueillie dans Les Cinq Livres quatre ans plus tard. Voici le début du poème en italien :

Non potevi dormire, non dormivi…
Gridasti: Soffoco…
Nel viso tuo scomparso già nel teschio,
Gli occhi, che erano ancora luminosi
Solo un attimo fa,
Gli occhi si dilatarono… Si persero…
Sempre ero stato timido,
Ribelle, torbido; ma puro, libero,
Felice rinascevo nel tuo sguardo…

 

Bibliographie

Dactylographie corrigée de la traduction de « Gridasti : soffoco » : fonds Robert O. J. Van Nuffel, Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles, MLVN 10003/0014/004.

Sciarrino, Emilio, « Giuseppe Ungaretti et l’épreuve de la traduction », in Esa Hartmann et Patrick Hersant (dir.), Au miroir de la traduction, Paris, Archives contemporaines, 2019, p. 81-94.

Sciarrino, Emilio, « Giuseppe Ungaretti et le processus de création circulaire », Genesis, n° 46, 2018, p. 145-157.

Ungaretti, Giuseppe, « Tu crias : j’étouffe », Les Cinq Livres, Paris, Éditions de Minuit, 1954, p. 311-313.

Ungaretti, Giuseppe, « Tu as crié : j’étouffe », Vie d’un homme, trad. Philippe Jaccottet, Paris, Éditions de Minuit/Gallimard, rééd. 1981, p. 266-268.

Ungaretti, Giuseppe, Un grido e paesaggi, Milan, Schwarz, 1952.

Vegliante, Jean-Charles, Ungaretti entre les langues, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 1987.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 17 janvier). Robert Van Nuffel traduit Giuseppe Ungaretti. Manuscrits de traduction. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy1i

  1. Sciarrino, Emilio, « Giuseppe Ungaretti et l’épreuve de la traduction », in Esa Hartmann et Patrick Hersant (dir.), Au miroir de la traduction, Paris, Archives contemporaines, 2019, p. 82. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search