Fonds Ludmila Savitzky

Ludmila Savitzky, traduction de Dedalus de James Joyce, 1920 © Harry Ransom Center

L’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC), à Caen, conserve un très riche fonds Ludmila Savitzky comportant de nombreux manuscrits de traductions, documents de travail, épreuves corrigées, correspondance avec des auteurs et éditeurs (par exemple Max-Pol Fouchet, James Joyce, Ezra Pound, Julien Benda, Jean-Richard Bloch, André Spire, Rachilde, Alfred Vallette) et quantité de journaux intimes.

Née en 1881 à Ekaterinbourg, en Russie, Ludmila Savitzky s’installe à Paris en 1902. Tour à tour actrice, poète et critique littéraire, elle vient à la traduction par le biais de la poésie russe. Au moment de la rencontre avec James Joyce, qu’elle logera dans son appartement de Passy à l’été de 1920, elle a déjà traduit pour des revues littéraires quelques poèmes de H. D. et d’Ezra Pound ; mais c’est bien Dedalus, sa traduction de A Portrait of the Artist as a Young Man, de Joyce, qui marque le début de sa carrière de traductrice, laquelle se poursuivra jusqu’à sa mort en 1957.

Savitzky a publié une vingtaine de traductions (sans compter les publications en revue) du russe, et surtout de l’anglais, dont nous ne pouvons citer ici que quelques-unes : John Rodker, Montagnes russes, 1923 ; Constantin Balmont, Visions solaires, 1923 ; James Joyce, Dedalus, portrait de l’artiste jeune par lui-même, 1924 ; John Rodker, Dartmoor, 1926 ; Boris Zaïtzev, Anna, 1931 ; Rex Warner, L’aérodrome, 1945 ; Léonid Léonov, La prise de Vélikochoumsk, 1946 ; Christopher Isherwood, Intimités berlinoises, 1946 ; James Joyce, Stephen le héros, 1948 ; Virginia Woolf, La traversée des apparences, 1948 ; Ivy Compton-Burnett, Plus de femmes que d’hommes, 1950 ; Edgar Mittelhölzer, Un matin au bureau, 1954 ; Maria Luisa Bombal, La maison du brouillard, 1955 ; Christopher Isherwood, Le monde au crépuscule, 1956 ; Frederic Prokosch, La tempête et l’écho, 1956 ; James Lord, Sans droit de retour, 1957.

Dans les 36 boîtes d’archives de l’IMEC, on trouvera notamment des brouillons et dactylographies de traductions — parfois inédites — du russe (Boris Zaïtsev, Maïakovski, Anna Akhmatova, Marina Tsvetaieva, Vladimir Vinnitchenko et surtout Constantin Balmont) et de l’anglais (Dorothy Parker, Henry James, Ralph Ricketts, Waldo Frank et Kay Cicellis). Le contenu des cartons n’est pas précisé dans le descriptif du site de l’IMEC, et ne sera communiqué en détail que sur place.

On trouvera dans une autre rubrique de ce carnet la reproduction de plusieurs feuillets d’une traduction de Kay Cicellis par Savitzky.

*

Le Harry Ransom Center, à l’université d’Austin (Texas), conserve par ailleurs le manuscrit de la traduction par Savitzky de A Portrait of the Artist as a Young Man, le premier roman de James Joyce. Le dossier comprend les manuscrits — premier jet corrigé, mise au net révisée — et tapuscrits de la révision, notes préparatoires, correspondance avec l’auteur, et bien d’autres documents qui forment un très riche dossier génétique que nous décrivons en détail dans un article consacré à la première page de cette traduction.

Voici l’extrait de l’original correspondant au brouillon de traduction reproduit ci-dessus :

How beautiful and sad that was! How beautiful the words were where they said Bury me in the old churchyard! A tremor passed over his body. How sad and how beautiful! He wanted to cry quietly but not for himself: for the words, so beautiful and sad, like music. The bell!1

 

Bibliographie

Fonds Ludmila Savitzky, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, cote 388SVZ/1 à 38.

Ludmila Savitzky Papers, in John Rodker Papers, série V, boîtes 42-44, Harry Ransom Center, University of Texas at Austin.

Brown, John L., « Ulysses into French », in Dave Oliphant et Thomas Zigal (dir.), Joyce at Texas: Essays on the James Joyce Materials at the Humanities Research Center, The University of Texas at Austin, 1983, p. 29-60.

Compagnon, Antoine, « Ludmila Savitzky 1925 », Proust sioniste, 2020.

Hersant, Patrick « “Ce qu’il faut traduire, c’est le livre de Joyce” : les brouillons de Ludmila Savitzky », Palimpsestes, n° 34, p. 60-83.

Joyce, James, Dedalus : Portrait de l’artiste jeune par lui-même, trad. Ludmila Savitzky, Paris, La Sirène, 1924.

Livak, Leonid, 2013, « “A Thankless Occupation”: James Joyce and His Translator Ludmila Savitzky », Joyce Studies Annual, 2013, p. 33-61.

Livak, Leonid, Il était une fois une traductrice : Ludmila Savitzky et Constantin Balmont, NLO Books, 2019.

Savitzky, Ludmila, « Dedalus en France », préface de James Joyce, Dedalus. Portrait de l’artiste jeune par lui-même, Paris, Gallimard, 1943.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 1 janvier). Fonds Ludmila Savitzky. Manuscrits de traduction. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0v

  1. James Joyce, A Portrait of the Artist as a Young Man [1916], éd. Jeri Johnson, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 20. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search