Fonds Gregory Rabassa

Gregory Rabassa, traduction de Cien años de soledad de Gabriel García Márquez, 1969 
© Howard Gotlieb Archival Research Center

Le Howard Gotlieb Center, à l’université de Boston, conserve le manuscrit de la traduction de Cien años de soledad (1967) de Gabriel García Márquez par Gregory Rabassa. Quand on l’interrogeait sur sa méthode de travail, Rabassa aimait à dire qu’il traduisait les livres à mesure qu’il les lisait pour la première fois :

Cela allait devenir ma méthode habituelle avec les livres suivants. Mon excuse était que la traduction aurait ainsi la fraîcheur d’une première lecture, et que les lecteurs de ma traduction éprouveraient la même impression1.

Dans la plupart des cas, cependant, la première ébauche de Rabassa était suivie de plusieurs autres et faisait l’objet de nombreuses campagnes de correction2. Garcia Márquez, qui maîtrisait assez bien l’anglais, a un jour déclaré qu’il préférait la version anglaise de Rabassa à son propre texte original en espagnol.

Le succès de la traduction de Cent ans de solitude a valu d’innombrables compliments à Rabassa. John S. Brushwood observe ainsi que la traduction du roman de Márquez par Rabassa « vient à bout de difficultés qui laisseraient sans voix la plupart des traducteurs ». William Kennedy affirme quant à lui que « si l’on se fonde sur sa traduction de Cent ans de solitude, il faut bien admettre que Gregory Rabassa est l’un des meilleurs traducteurs de tous les temps »3.

Voici l’incipit du roman correspondant à la dactylographie reproduite ci-dessus :

Muchos años después, frente al pelotón de fusilamiento, el coronel Aureliano Buendía había de recordar aquella tarde remota en que su padre lo llevó a conocer el hielo. Macondo era entonces una aldea de veinte casas de barro y cañabrava construidas a la orilla de un río de aguas diáfanas que se precipitaban por un lecho de piedras pulidas, blancas y enormes como huevos prehistóricos. El mundo era tan reciente, que muchas cosas carecían de nombre, y para mencionarlas había que señalarlas con el dedo. Todos los años, por el mes de marzo, una familia de gitanos desarrapados […]

 

Bibliographie

Gregory Rabassa collection, Howard Gotlieb Archival Research Center, Boston University.

Guzmán, María Constanza, Gregory Rabassa’s Latin American Literature: A Translator’s Visible Legacy, Lewisburg, Bucknell University Press, 2010.

Hoeksema, Thomas, « The Translator’s Voice: An Interview with Gregory Rabassa », Translation Review, vol. 1, n° 1, 1978, p. 5-18.

Márquez, Gabriel García, Cien años de soledad, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1967.

Márquez, Gabriel García, One Hundred Years of Solitude, trad. Gregory Rabassa, Londres, Jonathan Cape, 1970.

Mourinha, Marisa, « Mapping Context through Epitext : Gregory Rabassa’s Writings and his Translations of Lobo Antunes’ Works », in Ariadne Nunes et al. (dir.), Genetic Translation Studies. Conflict and Collaboration in Liminal Spaces, Londres, Bloomsbury, 2020, p. 147-160.

Rabassa, Gregory, If This Be Treason: Translation and its Dyscontents. A Memoir, New York, New Directions, 2005.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 1 janvier). Fonds Gregory Rabassa. Manuscrits de traduction. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0w

  1. Gregory Rabassa, If This Be Treason: Translation and its Dyscontents. A Memoir, New York, New Directions, 2005, p. 27 []
  2. Voir María Constanza Guzmán, Gregory Rabassa’s Latin American Literature: A Translator’s Visible Legacy, Lewisburg, Bucknell University Press, 2010, p. 60. []
  3. Thomas Hoeksema, « The Translator’s Voice: An Interview with Gregory Rabassa », Translation Review, vol. 1, n° 1, 1978. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search