Alfred le Grand traduit Boèce

Alfred le Grand, traduction du De consolatione philosophiæ de Boèce, c. 895 © British Museum

La British Library, à Londres, conserve la traduction par Alfred le Grand de la Consolation de la philosophie de Boèce. Roi du Wessex de 871 à 899, Alfred est surtout connu aujourd’hui pour avoir empêché l’invasion de l’Angleterre par les Vikings et favorisé un renouveau du savoir dans son royaume : il s’est donc distingué dans l’art de la guerre comme dans la promotion de la paix et de la culture. L’envahisseur danois ayant détruit églises et monastères, et donc perturbé la transmission des savoirs, il convenait de reconstruire les bâtiments mais aussi la culture au sein du clergé. Les clercs ayant presque totalement perdu leur maîtrise du latin au cours des années de guerre, Alfred a décidé vers la fin de son règne de promouvoir la traduction des ouvrages latins en vieil anglais. 

Peu après 890, il a lui-même réalisé une version d’un ouvrage latin connu sous le nom de Liber Regulæ Pastoralis ; cette lettre pastorale du pape Grégoire Ier, rédigée vers 590, était destiné à enseigner aux ecclésiastiques comment accomplir leurs devoirs pastoraux. Alfred a fait précéder sa traduction d’une préface, dont le texte en vieil anglais est conforme au manuscrit Hatton conservé à Bodleian Library à Oxford ; quant à la traduction, elle permet de constater qu’Alfred compose des phrases longues et grammaticalement complexes. Comme il le relève lui-même dans sa préface, il était essentiel de diviser les phrases en clauses et expressions constitutives pour en faire apparaître un sens aussi clair et rigoureux que possible :

When I remembered how the knowledge of Latin had formerly decayed throughout England, and yet many could read English writing, I began, among other various and manifold troubles of this kingdom, to translate into English the book which is called in Latin Pastoralis, and in English Shepherd’s Book, sometimes word by word and sometimes according to the sense1.

Peu avant son exécution pour trahison au milieu des années 520, l’administrateur romain Boèce a écrit un dialogue en prose et en vers, De consolatione philosophiæ. La première traduction en prose en vieil anglais (qui a survécu dans une copie bien plus tardive) a été réalisée entre 880 et 950 environ. Une version ultérieure, conservée dans ce manuscrit, a adapté les vers latins de l’original en vers anglais, aujourd’hui dénommés Mètres de Boèce. Les traductions sont précédées d’une préface affirmant qu’Alfred de Wessex en est l’auteur, mais, contrairement à celle de la traduction du Liber Regulæ Pastoralis, cette attribution reste très discutée.

 

Bibliographie

Manuscrit de la traduction de De consolatione philosophiæ de Boèce par Alfred le Grand, Ms. Otho A VI, British Library, Londres.

Manuscrit de la traduction du Liber Regulæ Pastoralis du pape Grégoire Ier par Alfred le Grand, Cambridge University Library, Ms. Ii.2.4, copie du XIe siècle.

King Alfred’s version of the Consolations of Boethius, trad. Alfred le Grand, Oxford, Clarendon Press, 1900.

Asser de Sherborne, Histoire du roi Alfred [c. 900], trad. Alban Gautier, Paris, Belles Lettres, 2013.

Van De Vyver, André, « Les traductions du De Consolatione Philosophiæ de Boèce en littérature comparée », Humanisme et Renaissance, vol. 6, n° 3, 1939, p. 247-273.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 2 janvier). Alfred le Grand traduit Boèce. Manuscrits de traduction. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy13

  1. Préface d’Alfred le Grand à sa traduction de Grégoire Ier, citée dans Asser’s life of King Alfred [c. 900], éd. Albert S. Cook, Boston, Ginn, 1906, p. 70. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search