Jacques Amyot traduit Euripide

Jacques Amyot, traduction d’Iphigénie à Aulis d’Euripide, 1546 © Bibliothèque nationale de France

La Bibliothèque nationale de France, à Paris, conserve un exemplaire manuscrit de la traduction par Jacques Amyot de l’Iphigénie à Aulis d’Euripide. Non imprimée, cette traduction a d’abord circulé sous forme manuscrite.

C’est d’abord en tant que traducteur que le grand humaniste Jacques Amyot (1513-1593) se fait connaître avant de s’imposer comme écrivain. Le « Plutarque françois » fait à Paris des études de latin et de grec, puis s’installe à Bourges où il devient précepteur dans la famille de Guillaume Bochetel, protecteur des humanistes, et complète sa formation d’helléniste. La protection de Bochetel lui vaut d’être chargé par François Ier de la traduction des Vies parallèles de Plutarque. De retour en France après un séjour de quatre ans en Italie, il traduit les Sept Livres des histoires de Diodore sicilien (1554) ; cette traduction sera suivie de beaucoup d’autres.

En 1560, Charles IX fait de lui son grand aumônier. Amyot traduit avec grand succès d’autres ouvrages de Plutarque. Sa nomination à l’évêché d’Auxerre ne l’empêche pas de continuer à traduire ; sa rigueur lui vaudra d’être dénommé par Du Bellay le « sçavant translateur » : aujourd’hui encore, ses traductions frappent par leur exactitude et leur précision. En son temps, il fut « salué par ses contemporains comme un maître de la langue (il se félicite d’avoir “enrichy et poly” le français) et de la prose françaises (grâce à lui, déclare Montaigne, “nous osons à cett’ heure et parler et escrire”) ».1

La traduction de l’Iphigénie d’Euripide à la Renaissance s’inscrit dans un grand mouvement de redécouverte du théâtre grec. Érasme en a publié une version latine dès 1506 ; en 1546, Thomas Sébillet publie une traduction française ; la même année, Jacques Amyot propose la sienne à son tour. Les années suivantes verront la publication de traductions en italien, en allemand et en anglais. Une tendance se dessine chez tous ces adaptateurs : l’amplification, qui les conduit à « outrer la dimension de leur modèle. […] Il aura fallu 3 100 vers à Amyot pour traduire les 1 650 d’Iphigénie à Aulis ; Sébillet en écrira 3 300 et Dolce 3 500. »

Cette amplification correspond, chez les dramaturges français, à quelques développements explicatifs mais surtout à l’emploi d’une grande variété de mètres et, en particulier, de mètres brefs : Sébillet, dans sa préface, présente son œuvre comme une démonstration des possibilités métriques de la langue française.2

Pour citer une étude de Virginie Leroux : 

Helléniste réputé, Amyot a assurément réalisé sa traduction à partir du texte grec […] mais, comme le suggère Luigi De Nardis, sans donner d’exemple précis, il a aussi pu se servir de traductions latines, celle d’Érasme ou la première traduction latine complète de Rudolph Collin, publiée sous le pseudonyme de Dorotheus Camillus, à Bâle en 1541.3

On notera que Bochetel, comme Érasme, propose une traduction philologique et fidèle de l’Hécube d’Euripide, en 1 774 vers. L’Iphigénie en Aulis d’Amyot en comprend 3 109, mais l’amplification résulte cette fois d’une volonté d’interpréter les passages obscurs.

 

Bibliographie

Manuscrit d’Iphigénie à Aulis, traduction française versifiée par Jacques Amyot, 1546, Bibliothèque nationale de France, ms. Français 25505. 

Berman, Antoine, Jacques Amyot, traducteur français, Paris, Belin, 2012.

Croquette, Bernard, « Amyot Jacques – (1513-1593) », Encyclopædia Universalis.

Delisle, Jean, et Judith Woodsworth (dir.), Les traducteurs dans l’histoire, Ottawa, Presses universitaires d’Ottawa, 2007, p. 36-37 et 151-152.

Garnier, Bruno, « Guillaume Bochetel et Lazare de Baïf, traducteurs conseillers de François Ier », in Jean Delisle (dir.), Portraits de traducteurs, Artois Presse Université, 1999, p. 33-55.

Gliksohn, Jean-Michel, Iphigénie : de la Grèce antique à l’Europe des Lumières, Paris, PUF, coll. « Littératures modernes », 1985.

Euripide, Les Troades. Iphigénie à Aulis. Traductions inédites de Jacques Amyot, éd. Luigi De Nardis, Naples, Bibliopolis, 1996.

Leroux, Virginie, « Les premières traductions de l’Iphigénie à Aulis d’Euripide, d’Érasme à Thomas Sébillet », Renaissance and Reformation , vol. 40, n° 3, 2017, p. 243-263. 

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 2 janvier). Jacques Amyot traduit Euripide. Manuscrits de traduction. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy14

  1. Bernard Croquette, « Amyot Jacques (1513-1593) », Encyclopædia Universalis []
  2. Jean-Michel Gliksohn, Iphigénie : de la Grèce antique à l’Europe des Lumières, Paris, PUF, coll. « Littératures modernes », 1985, p. 65 []
  3. Virginie Leroux, « Les premières traductions de l’Iphigénie à Aulis d’Euripide, d’Érasme à Thomas Sébillet », Renaissance and Reformation , vol. 40, n° 3, 2017, p. 245 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search