Fonds Maurice-Edgar Coindreau

Maurice-Edgar Coindreau, traduction de La Maison d’haleine de William Goyen, 1953 © IMEC

L’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC), à Caen, conserve un très riche fonds Maurice-Edgar Coindreau contenant de nombreux manuscrits de traduction, des dossiers de presse et la correspondance du traducteur avec des collègues, amis ou éditeurs. Maurice Coindreau (1892-1990) a enseigné le français à l’université de Princeton des années 1920 aux années 1960 ; et pour ne pas s’ennuyer, apprend-on dans la préface de ses mémoires, « il traduisait »1. Une cinquantaine de romans au cours de sa carrière, dont treize de l’espagnol — Goytisolo, Sánchez Ferlosio ou Quiroga — et le reste de l’anglais américain, avec une préférence manifeste pour les auteurs du Sud américain : Faulkner, Dos Passos, Capote, Styron, Steinbeck, Hemingway, autant d’auteurs qu’il fut le premier à faire connaître en France. Car, traducteur fidèle et régulier pour les éditions Gallimard, il fut également un prospecteur et un découvreur sans égal, véritable ambassadeur littéraire transatlantique — au point que Jean-Paul Sartre a pu dire : « La littérature américaine, c’est la littérature Coindreau. »2 

Le fonds conservé à l’IMEC est constitué de treize boîtes d’archives. Il comporte les brouillons d’une dizaine de romans et nouvelles, sous diverses formes qui permettent, dans le meilleur des cas, de lire quatre ou cinq états successifs d’une traduction, avec un premier jet sur cahier au crayon de papier, corrigé au crayon rouge, puis dactylographié et à nouveau corrigé une ou deux fois avant l’établissement de la version définitive. On y trouvera notamment des traductions de John Dos Passos : « L’homme qui disait s’appeler Jones » (1931) ; John Steinbeck : Des souris et des hommes (1939) ; Erskine Caldwell : Un pauvre type (1945) et Terre tragique (1948) ; Truman CapoteLa harpe d’herbe (1952) ; William Goyen : La maison d’haleine (1954) ; Juan Goytisolo : Deuil au paradis (1959) ; Flannery O’Connor : La sagesse dans le sang (1959) ; Ramón del Valle-InclánFleur de sainteté (1967) ; et William Styron : Les confessions de Nat Turner (1969).

Le style littéraire de Coindreau, qu’il s’agisse de son goût de la belle langue classique ou de sa manière datée, voire discutable, de traduire l’oralité, a fait l’objet de quelques études critiques, signalées plus bas dans notre bibliographie. Michel Gresset (1936-2005), universitaire et traducteur, créateur du Prix Maurice-Edgar Coindreau qui récompense chaque année le meilleur livre américain en traduction, membre fondateur de l’association Atlas qui organise chaque année les assises de la traduction littéraire en Arles, est l’auteur d’un précieux article biographique et critique sur Coindreau assorti d’une bibliographie complète de ses traductions publiées en volume. Le fonds Coindreau de l’IMEC fait partie du fonds Michel Gresset, qui a révisé pour les éditions Gallimard plusieurs traductions de Coindreau.

Voici l’incipit de La Maison d’haleine de William Goyen dont la traduction apparaît dans le manuscrit reproduit ci-dessus :

… Alors je marchai, je marchai sous la pluie qui tournait à la neige, et j’étais morfondu, transi ; et j’arrivai dans un parc, fidèle image des prairies de l’Enfer. Des couples y chuchotaient dans l’ombre, conspirant tous à réchauffer le monde cette nuit, et j’entrai dans un chalet public où je vis sur le mur des annonciations dessinées et écrites. Je sortis et je me sentais seul, perdu dans un monde où nul foyer ne m’attendait, et il me semblait que tout m’avait été volé, que tout ce qui faisait l’objet de mes désirs n’avait jamais été qu’un rêve ; et, bafoué par la victoire nocturne des autres, moqué par mon propre et éternel échec, privé de nom par une anonyme torture et dépouillé de toute histoire, à nouveau je me sentais trahi.3

Et le passage correspondant dans The House of Breath :

… and then I walked and walked in the rain that turned half into snow and I was  drenched and frozen; and walked upon a park that seemed like the very pasture of Hell where there were couples whispering in the shadows, all in some plot to warm the  world tonight, and I went into a public place and saw annunciations drawn and written on the walls. I came out and felt alone and lost in the world with no home to go home to and felt robbed of everything I never had but dreamt of and hoped to have; and mocked by others’ midnight victory and my own eternal failure, un-named by nameless agony and stripped of all my history, I was betrayed again.4

 

Bibliographie

Fonds Maurice-Edgar Coindreau, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, Caen, cotes 394GSS/1 à 13.

Coindreau, Maurice-Edgar, Mémoires d’un traducteur : entretiens avec Christian Giudicelli, Paris, Gallimard, 1974.

Gouanvic, Jean-Marc, « John Steinbeck et la censure », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 15, n° 2, 2002, p. 191-202.

Gouanvic, Jean-Marc, « Polemos et la traduction : la traduction de The Grapes of Wrath de John Steinbeck », dans Susan Petrilli (dir.), Athanor, « La Traduzione », université de Bari, vol. 10, n° 2, p. 268-279.

Gresset, Michel, « Il miglior fabbro », dans Maurice-Edgar Coindreau, Mémoires d’un traducteur : entretiens avec Christian Giudicelli, Paris, Gallimard, 1992, p. i-xvi.

Gresset, Michel, « Maurice-Edgar Coindreau, traducteur ou “passeur”? », dans Paul Carmigiani (dir.), Figures du passeur, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2002, p. 385-392.

Gresset, Michel, « Coup de phare : Maurice-Edgar Coindreau, 1892-1990 », Translittérature, n° 2, 1991, p. 42-52.

Hersant, Patrick, « The Coindreau archives: A translator at work », in Ariadne Nunes et al.(dir.), Genetic Translation Studies. Conflict and Collaboration in Liminal Spaces, Londres, Bloomsbury, 2020, p. 163-178.

Vidal, Bertrand, « Plurilinguisme et traduction – Le vernaculaire noir américain : enjeux, réalité, réception à propos de The Sound and the Fury », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 4, n° 2, 1991, p. 151-188.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 1 janvier). Fonds Maurice-Edgar Coindreau. Manuscrits de traduction. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0z

  1. Cité par MichelGresset, « Il miglior fabbro », préface de Maurice Edgar Coindreau, Mémoires d’un traducteur : entretiens avec Christian Giudicelli, Paris, Gallimard, 1974, p. ii. []
  2. Ibid., p. xv. []
  3. William Goyen, La Maison d’haleine, trad. Maurice Edgar Coindreau, Paris, Gallimard, 1954, p. 21. []
  4. William Goyen, The House of Breath, New York, Random House, 1950, p. 1. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search