Friedrich Glauser traduit Gustave Flaubert

Friedrich Glauser, traduction de La tentation de saint Antoine de Flaubert, c. 1930 © Bibliothèque nationale suisse

La Bibliothèque nationale suisse, à Berne, conserve un fragment de la traduction par Friedrich Glauser d’un long poème en prose de Gustave Flaubert, La tentation de saint Antoine. Seuls vingt-trois feuillets ont survécu ; le texte ne commence pas au début du poème et la traduction s’interrompt brutalement ; le manuscrit n’étant pas daté, notre datation est approximative.

Friedrich Glauser (1896-1938), écrivain suisse alémanique surtout connu pour ses romans policiers mettant en scène les enquêtes de l’inspecteur Studer, est également l’auteur de quelques nouvelles et de deux romans autobiographiques, Im Dunkel (Dans les ténèbres, 1937) et Gourrama (1938). L’un de ses traducteurs vers le français, Claude Haenggli, résume en ces termes une vie aussi brève qu’ardente :

La plus grande partie de sa vie, Friedrich Glauser a été privé de liberté. Mis sous tutelle dès sa majorité, il fit de nombreux séjours en clinique psychiatrique, par décision administrative ou, volontairement, pour essayer de traiter sa morphinomanie. S’y ajoutent deux ans de Légion étrangère française et plusieurs mois de détention dans une colonie pénitentiaire. Il exerça aussi plusieurs métiers : porteur de lait à domicile, stagiaire de rédaction, laveur de vaisselle à Paris, mineur de fond en Belgique, jardinier, gardien d’une propriété en Beauce.

Né à Vienne où il fit ses premières classes, il fréquenta ensuite le collège Calvin de Genève, après avoir passé par un internat pour garçons difficiles au bord du lac de Constance, puis s’inscrivit en chimie à l’Université de Zurich, études qu’il interrompit pour se joindre aux Dadaïstes et devenir proche de Tristan Tzara et de Hugo Ball. […] Mais son grand projet, un livre relatant toute sa vie, il ne put le réaliser, étant mort à Nervi près de Gênes à l’âge de 42 ans seulement, le lendemain de son mariage, alors qu’il était devenu célèbre et respecté.1

Sa traduction de La tentation de saint Antoine, dont on ignore si Glauser l’a jamais achevée, est restée inédite. Voici le passage de Flaubert correspondant à l’extrait reproduit ci-dessus :

Et bientôt se découvre sous les ténèbres une salle immense, éclairée par des candélabres d’or.

Des colonnes, à demi perdues dans l’ombre tant elles sont hautes, vont s’alignant à la file en dehors des tables qui se prolongent jusqu’à l’horizon, — où apparaissent dans une vapeur lumineuse des superpositions d’escaliers, des suites d’arcades, des colosses, des tours, et par derrière une vague bordure de palais que dépassent des cèdres, faisant des masses plus noires sur l’obscurité.2

 

Bibliographie

Manuscrit de la traduction, Bibliothèque nationale suisse, cote SLA-Glauser-A-3-e/7.

De’ Grandi, Gabriella, « Il mio Glauser », trad. Christian Viredaz, dans Marion Graf (dir.), L’écrivain et son traducteur en Suisse et en Europe, Genève, Zoé, 1998, p. 199-203.

Flaubert, Gustave, La tentation de saint Antoine, Paris, Charpentier, 1874.

Glauser, Friedrich, Morphine, nouvelles et souvenirs, trad. Philippe Giraudon, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2000.

Glauser, Friedrich, Gourrama, trad. Philippe Giraudon, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2002.

Glauser, Friedrich, Dans les ténèbres, trad. Claude Haenggli, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2000.

Glauser, Friedrich, Im Dunkel, Bâle, Gute Schriften, 1937.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 15 janvier). Friedrich Glauser traduit Gustave Flaubert. Manuscrits de traduction. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy1g

  1. Claude Haenggli, présentation d’un projet (inédit) d’autobiographie imaginaire de Glauser, 2021. []
  2. Gustave Flaubert, La tentation de saint Antoine, Paris, Charpentier, 1874, p. 41. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search