Fonds Robert Fitzgerald

Robert Fitzgerald, traduction de l’Iliade, 1967 © Beinecke Rare Book and Manuscript Library

La Beinecke Library, à l’université Yale, conserve un fonds Robert Fitzgerald contenant notamment des traductions d’Homère et de Saint-John Perse. Robert Fitzgerald (1910-1985), poète et critique littéraire, reste avant tout connu comme traducteur du grec ancien et du latin, en particulier de l’Iliade (1974) et de l’Odyssée (1961) d’Homère et de l’Énéide de Virgile (1984), ses traductions étant devenues « des classiques pour toute une génération d’étudiants et de critiques »1. Son Odyssée a remporté le tout premier Prix Bollingen de traduction en 1961, et un Prix de traduction porte son nom depuis 1985.

Le fonds Robert Fitzgerald de la Beinecke Library rassemble sa correspondance avec des poètes, éditeurs, traducteurs, et critiques littéraires du milieu du XXe siècle, mais aussi des brouillons, manuscrits et épreuves corrigées de ses traductions. On trouvera notamment des traductions de Saint-John Perse : Chronique (1961) et Birds (1965) ; Homère : The Iliad (1967) ; Virgile : The Aeneid (1979) ; Euripide : Alceste (1936) ; Sophocle : Antigone (1938) ; Giuseppe Ungaretti : « Dunya » et « Secret Croatia » (1969) ; Paul Valéry : Plays (1958) ; et Jorge Luis Borges : « Odisea » (1968).

Voici la traduction par Fitzgerald des premiers vers de l’Iliade, reproduits ci-dessus, dans la version publiée :


Anger be now your song, immortal one,
Achilles’ anger, doomed and ruinous,
that caused the Achaeans loss on bitter loss
and crowded brave souls into the undergloom,
Leaving so many dead men — carrion
for dogs and birds; and the will of Zeus was done.2


Et le même passage en grec ancien :


Μῆνιν ἄειδε θεὰ Πηληϊάδεω Ἀχιλῆος
οὐλομένην, ἣ μυρί᾽ Ἀχαιοῖς ἄλγε᾽ ἔθηκε,
πολλὰς δ᾽ ἰφθίμους ψυχὰς Ἄϊδι προΐαψεν
ἡρώων, αὐτοὺς δὲ ἑλώρια τεῦχε κύνεσσιν
οἰωνοῖσί τε πᾶσι, Διὸς δ᾽ ἐτελείετο βουλή,
ἐξ οὗ δὴ τὰ πρῶτα διαστήτην ἐρίσαντε
Ἀτρεΐδης τε ἄναξ ἀνδρῶν καὶ δῖος Ἀχιλλεύς.

 

Bibliographie

Fonds Robert Fitzgerald, rubrique « Translations », Beinecke Library, cote YCAL MSS 222.

Fitzgerald, Robert, entretien avec Andrew McCord et Edwin Frank, « The Art of Translation », The Paris Review, n° 94, hiver 1984.

Mitgang, Herbert, « Robert Fitzgerald, 74, Poet Who Translated the Classics », New York Times, 17 janvier 1985.

Hartmann, Esa, « “À la recherche d’une variante perdue…” : La mémoire à l’œuvre sur les manuscrits de Saint-John Perse », Genesis , n° 23, 2004, p. 79-92.

Bagg, Robert, « Translating the Abyss: On Robert Fitzgerald’s Odyssey », Arion: A Journal of Humanities and the Classics, vol. 8, n° 1, 1969, p. 51–65.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 1 janvier). Fonds Robert Fitzgerald. Manuscrits de traduction. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0y

  1. Herbert Mitgang, « Robert Fitzgerald, 74, Poet Who Translated the Classics », New York Times, 17 janvier 1985. []
  2. Homer, The Iliad, trad. Robert Fitzgerald, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 1. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search