Seamus Heaney traduit Beowulf

Seamus Heaney, traduction de Beowulf, 1999 © Stuart A. Rose Manuscript, Archives, & Rare Book Library

La British Library, à Londres, et la Stuart Rose Library, à Atlanta, conservent des manuscrits et dactylographies de la traduction par Seamus Heaney d’un poème anglo-saxon composé entre le VIIe et le Xe siècles, Beowulf. Ce poème allitératif, long de quelque 3 200 vers, raconte l’histoire du guerrier goth Beowulf, parti au Danemark pour débarrasser la cour du roi Hrothgar du terrible Grendel. Venu à bout du monstre, puis de la mère de celui-ci, Beowulf se met au service des Goths et de leur roi Hygelac, auquel il succédera sur le trône avant de mourir lors d’un ultime combat contre un dragon cracheur de feu.

Seamus Heaney (1939-2013) a publié treize recueils de poésie, trois livres d’essais et une dizaine de traductions ; lauréat du Prix Nobel de littérature en 1995, il a enseigné à Oxford et à Harvard. La traduction occupe dans son œuvre une place à la fois centrale et singulière. S’il n’est pas rare, en effet, qu’un poète se fasse le traducteur occasionnel d’autres poètes, peu ont entretenu avec l’œuvre étrangère un dialogue si constant, si intime et si fructueux : Heaney a traduit des poèmes, des fragments de poème, des œuvres intégrales ; il a traduit une épopée vieil-anglaise, un long poème comique irlandais, deux tragédies grecques, un cycle de chants tchèques, de longs passages de Dante et de Virgile, des poèmes d’Horace, de Bloem, de Cavafy, de Rilke, de Kochanowski, de Sorescu ; il a glissé ces traductions dans la plupart de ses recueils, a traduit des textes écrits dans une langue qu’il maîtrisait, ou, dans le cas contraire, travaillé à partir de traductions en anglais ; il a produit des traductions, des versions libres, des imitations, des variations sur l’original ; enfin, il a consacré à cette pratique quelques entretiens et plusieurs articles. Il se distingue ainsi par la multiplicité des langues abordées, par la versatilité de son approche et par l’évolution de son rapport à la traduction.1

Au milieu des années 1980, l’éditeur de la Norton Anthology of English Literature a proposé à Seamus Heaney, alors professeur de poésie à Harvard, d’entreprendre une nouvelle traduction de Beowulf. Heaney a rapidement interrompu son travail : « La traduction en anglais moderne me semblait revenir à abattre un menhir avec un marteau pour enfant », écrit-il dans l’introduction. Plus tard, un mot du poème anglo-saxon jouera le rôle de sésame et l’incitera à achever sa traduction — comme il s’en explique dans un texte évoquant son expérience de traducteur :

The fret-work of the day-to-day encounter with the alliterating Anglo-Saxon lines was edgier and more intricate. Like all work, of course, it generated its own pleasures and resolutions as it proceeded, but it could not proceed at all until it had found a way to get started, an excitement that would amount to an entitlement, and this came when I realised that the old-fashioned usage of the word ‘thole’ in the country speech I grew up with gave me a prenatal link to the Anglo-Saxon verb ‘ðolian’. That became, if you like, the thole-pin and the secret fulcrum of the whole enterprise.2

Heaney précisera sa motivation et ses hésitations à l’occasion d’une discussion avec Robert Hass organisée en 2000, peu après la publication de sa traduction :

I did about 150 lines of Beowulf in 1984/5 and then said, “I can’t do anymore, it’s too difficult.” The words of the original are so big and the alliterative principle so strong. In Anglo- Saxon you have these huge monkey wrenches which are sort of welded together. All you have in modern English are little words like spanners to hang on the line. So I said I wouldn’t proceed with the commission. [Then] I took it on because of the language. I felt it was in me, I felt there was some trace element of it in my own first speech, the dialect of Northern Ireland. And there was an Anglo-Saxon growth-ring in my ear from having studied it at university.3

Voici le passage de la traduction de Beowulf dans sa version publiée :

I heard he presented Hygd with a gorget,
the priceless torque that the prince’s daughter, 
Wealhtheow, had given him; and three horses,
supple creatures, brilliantly saddled.
The bright necklace would be luminous on Hygd’s breast.4

Et le passage correspondant (v. 2172-2176) en vieil anglais :

Hȳrde ic, þæt hē ðone heals-bēah  Hygde gesealde,
wrætlīcne wundur-māððum,  ðone þe him Wealhðēo geaf,
ðēodnes dohtor,  þrīo wicg somod
swancor ond sadol-beorht;  hyre syððan wæs,
æfter bēah-ðege,  brēost geweorðod.

 

NB. La National Library of Ireland, à Dublin, et la Stuart Rose Library, à Atlanta, conservent également divers manuscrits d’autres traductions de Seamus Heaney, notamment des poèmes de Aodhagán Ó Rathaille : « Brightness of Brightness » ; Cathal Ó Searcaigh : « The Clay Pipes » ; Ovide : « Orpheus and Eurydice » (1993) ; Marin Sorescu : « Proper Names » ; Dante : « Ugolino ».

 

Bibliographie

Manuscrit (neuf dactylogrammes corrigés) de la traduction de Beowulf, 1995, British Library, Londres, Add MS 78917.

Manuscrits (4 feuillets) de la traduction de Beowulf, 1995, Stuart A. Rose Manuscript, Archives, & Rare Book Library, Emory University, Atlanta.

Manuscrits de diverses traductions de Heaney, National Library of Ireland.

Gautier, Alban, Beowulf au paradis : Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017.

Heaney, Seamus, Beowulf: A New Translation, Londres, Faber and Faber, 1999.

Heaney, Seamus, « Fretwork: On Translating Beowulf », Saltana, a Journal of Literature and Translation, 2000.

Heaney, Seamus, et Robert Hass, Sounding Lines : the Art of Translating Poetry, Berkeley, Doreen B. Townsend Center for Humanities, 2000.

Hersant, Patrick, « “Qu’ici renaisse la poésie morte” : Seamus Heaney, translateur de Dante », dans Arnaud Bernadet et Philippe Payen (dir.), Traduire-Écrire : de l’expérience à la théorie, Lyon, Presses de l’ENS, 2013, p. 307-324.

Magennis, Hugh, « Translating Beowulf: Edwin Morgan and Seamus Heaney », dans Peter Mackay et al. (dir.), Modern Irish and Scottish Poetry, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 147-160. 

Martin, Jacky, « La traduction en tant qu’adaptation entre les cultures : les traductions de Beowulf jusqu’à Seamus Heaney », Palimpsestes, n° 16, 2004.

Munday, Jeremy, « Case Study 1 [Heaney’s Beowulf] », Introducing Translation Studies. Theories and Applications, 4e éd., Londres, Routledge, 2016, p. 266-269.

Wellesley, Mary, « Feats in well-fashioned lines: Heaneywulf », Medieval manuscripts blog, British Library, 2017.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 23 janvier). Seamus Heaney traduit Beowulf. Manuscrits de traduction. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy1q

  1. Hersant, Patrick, « “Qu’ici renaisse la poésie morte” : Seamus Heaney, translateur de Dante », dans Arnaud Bernadet et Philippe Payen (dir.), Traduire-Écrire : de l’expérience à la théorie, Lyon, Presses de l’ENS, 2013, p. 307. []
  2. Seamus Heaney, « Fretwork: On Translating Beowulf », Saltana, a Journal of Literature and Translation, 2000. []
  3. Seamus Heaney et Robert Hass, Sounding Lines : the Art of Translating Poetry, Berkeley, Doreen B. Townsend Center for Humanities, 2000, p. 4-5. []
  4. Beowulf: a New verse Translation, trad. Seamus Heaney, New York, Norton, 2000, p. 147-149 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search