Jeremy Reed traduit Jean Genet

Jeremy Reed, traduction d’un poème de Jean Genet, 1984 © Beinecke Rare Book and Manuscript Library

La Beinecke Library, à l’université Yale, conserve dans le fonds Jeremy Reed plusieurs manuscrits de traductions en anglais d’Eugenio Montale, de Jean Genet et de Novalis. Jeremy Reed, né en 1951, est un auteur prolifique qui a publié une trentaine de recueils de poésie et une dizaine de romans, sans compter divers ouvrages de critique littéraire consacrés, par exemple, à Baudelaire, Rimbaud ou Lautréamont. En traduisant Jean Genet, il rend hommage à l’un des principaux inspirateurs de sa poésie et de son imaginaire : dans un roman autobiographique, Jeunesse androgyne, Reed recrée les lieux, les fantasmes et les obsessions de son univers ; sa jeunesse à Jersey, sa tentation assumée de l’androgynie, les amis repliés dans leur folie et leur solitude, les hommes mûrs qui ont choisi le sexe, la poésie ou la mort. C’est aussi une réflexion très personnelle sur la création littéraire et le destin singulier d’un poète.

Les traductions de Jean Genet sont rédigées dans un cahier à spirales et à papier ligné, dans une écriture soignée ; il n’en subsiste que le premier jet corrigé, sans mise au net ni dactylographie. Elles sont à ce jour inédites. Voici les strophes 2 et 3 du « Condamné à mort » (1942) de Jean Genet traduites ci-dessus :

Ce visage plus dur et plus léger qu’un masque,
Et plus lourd à ma main qu’aux doigts du receleur
Le joyau qu’il convoite; il est noyé de pleurs.
Il est sombre et féroce, un bouquet vert le casque.
 

Ton visage est sévère: il est d’un pâtre grec.
Il reste frémissant aux creux de mes mains closes.
Ta bouche est d’une morte et tes yeux sont des roses,
Et ton nez d’un archange est peut-être le bec.

*

Le fonds Jeremy Reed présente un intérêt supplémentaire pour la génétique des traductions : en plus des brouillons et dactylographies de Reed, il comporte sa correspondance avec des éditeurs et des correcteurs-réviseurs, au moins pour les traductions de Montale et de Novalis. En 1990, les éditions Bloodaxe chargent Reed de traduire un choix de poèmes de Montale aussi librement qu’il le souhaite, sur le mode de l’imitation tel que l’a théorisé Robert Lowell1. Leur fondateur, Neil Astley, confiera le manuscrit de la traduction à un relecteur, dont les commentaires sont également conservés dans les archives. Le relecteur, Hugh Shankland, lui-même poète et traducteur, dirige alors le département d’études italiennes à l’université de Durham. Parmi ses dizaines de remarques, en voici une première que nous restituons dans son contexte en citant successivement les vers de Montale en italien, le manuscrit de Reed, la note du relecteur et la version définitive publiée :

Montale             Altro fui : uomo intento che riguarda
                             in sé, in altrui         

Reed                   Instead I am a contemplative man,
                             my eye focused

Shankland         La formule « I am a contemplative man » semble légèrement comique.

Montale             Instead I am a man transfixed,
                             my eye focused.2

Dans cet exemple, le relecteur manifeste sa connaissance intime de l’œuvre de Montale ; la formulation discutée ici n’est certes pas « comique » en soi, mais dans le contexte de la poésie de Montale. Trop banal, trop égotiste, l’adjectif « contemplative » s’accorde mal au ton de confidence subtile qui se dégage de Mediterraneo, le recueil dont est extrait ce poème. Reed opte alors pour « transfixed » (stupéfié).3

 

Bibliographie

Jeremy Reed Papers, GEN MSS 678, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, New Haven. 

Hersant, Patrick, « La troisième main : réviser la traduction littéraire », dans Esa Hartmann et Patrick Hersant (dir.), Au miroir de la traduction, Paris, Archives contemporaines, 2019, p. 49-69.

Montale, Eugenio, The Coastguard’s House, trad. Jeremy Reed, Newcastle, Bloodaxe Books, 1990.

Reed, Jeremy, Jeunesse androgyne, trad. Patrick Hersant, Paris, Granit, 1994.

Reed, Jeremy, Jean Genet. Born To Lose: An Illustrated Critical History, Londres, Creation Books, 2005.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 22 janvier). Jeremy Reed traduit Jean Genet. Manuscrits de traduction. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy1p

  1. Le poète américain Robert Lowell a publié en 1961 un recueil de traductions (ou transpositions) poétiques, intitulé Imitations, dans lequel il s’efforce de « faire ce qu’auraient fait [ses] auteurs, eussent-ils écrit leurs poèmes aujourd’hui et en Amérique ». (Robert Lowell, Imitations, New York, Farrar, Straus and Cudahy, 1961, p. xi.) Reed se revendique explicitement de Lowell dans son introduction aux traductions de Montale. []
  2. Dans l’ordre : Eugenio Montale, The Coastguard’s House, trad. Jeremy Reed, Newcastle, Bloodaxe Books, 1990, p. 40 ; Jeremy Reed, ms. de la traduction en anglais, intitulée « Angularity », JRP-9 ; Hugh Shankland, rapport de lecture, p. 4, ibid. ; « Angularity », version publiée dans E. Montale, Coastguard’s Houseop. cit., p. 41. []
  3. Nous reprenons cet exemple de Patrick Hersant, « La troisième main : réviser la traduction littéraire », in Esa Hartmann et Patrick Hersant (dir.), Au miroir de la traduction, Paris, Archives contemporaines, 2019, p. 49-69. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search