W. H. Auden traduit Lorenzo Da Ponte

W. H. Auden et Chester Kallman, traduction de “Don Giovanni”, 1957 © Harry Ransom Center

Le Harry Ransom Center, à Austin (Texas), conserve dans le fonds W. H. Auden plusieurs brouillons de traductions de livrets et de grands airs d’opéra réalisées à quatre mains avec le poète Chester Kallman. W. H. Auden (1907-1973), considéré comme l’un des poètes les plus brillants de sa génération — la variété des formes métriques qu’il maîtrisait reste inégalée —, s’est exilé aux États-Unis en 1939 et a acquis la nationalité américaine en 1946. Auteur prolifique, conférencier, professeur de poésie à Oxford, il a également écrit plusieurs livrets pour certains des plus grands compositeurs de son temps. Il a ainsi composé Paul Bunyan pour Benjamin Britten, The Rake’s Progress pour Stravinski et Elegy for Young Lovers pour Hans Werner Henze. Malgré une opposition de principe à la traduction de livrets, il entreprend d’en traduire plusieurs avec la collaboration de son compagnon, le poète américain Chester Kallman (1921-1975) — notamment The Magic Flute (1956) et Don Giovanni (1961) de Mozart, The Rise and Fall of the City of Mahagonny (1976) de Kurt Weill et Anne Boleyn (1959) de Donizetti.

Analysant les positions de W. H. Auden sur la traduction de livrets, Pierre Degott note que le poète a maintes fois « exprimé sa désapprobation par rapport à la nécessité même de traduire l’opéra »1 :

Translation is a dubious business at best and we are inclined to agree with those who believe that operas should always be given in their native tongue. However, if audiences demand them in their own, they must accept the consequences.2

Ou encore :

It is precisely because I believe that, in listening to song […], we hear, not words, but syllables, that I am violently hostile to the performances of opera in translation. Wagner in Italian or Verdi in English sounds intolerable, and would still sound so if the poetic merits of the translation were greater than those of the original, because the new syllables have no apt relation to the pitch and tempo of the notes with which they are associated.3

Comme on peut le constater sur le brouillon reproduit-ci-dessus, les deux traducteurs commencent par noter une transcription métrique de l’original (ici des tétramètres trochaïques) avant de l’habiller de mots anglais. Voici la version originale (1787) et la traduction définitive (1959) de l’extrait de l’aria (acte I, sc. 4) reproduit ci-dessus :

Batti, batti, o bel Masetto,
la tua povera Zerlina;
starò qui com’agnellina
le tue botte ad aspettar.

 

Do not spare me, dear Masetto,
punish your Zerlina meetly;
like a lambkin, humbly, sweetly,
I repentant shall submit.

 

Bibliographie

W. H. Auden Collection, MS-0152, Harry Ransom Center, University of Texas at Austin.

Auden, Wystan Hugh, « Some Reflections on Music and Opera », Partisan Review, n° 19, 1952, p. 10-18.

Auden, Wystan Hugh, « The World of Opera », Secondary Worlds: Papers Delivered at the T.S. Eliot Memorial Lectures, , Londres, Faber and Faber, 1968.

Auden, Wystan Hugh, et Chester Kallman, « Translating Opera Libretti », in W. H. Auden, The Dyer’s Hand and Other Essays, Londres, Faber and Faber, 1962, p. 483-499.

Degott, Pierre, « Traduire l’opéra, ou la tentation du calque phonique », Palimpsestes, n° 28, 2015, p. 25-39.

Desblache, Lucile, « Traduire des livrets d’opéra », suivi de « W. H. Auden et la traduction de l’opéra : tradition, transgression et collaboration », in Christine Reynier et al. (dir.), L’Art de la traduction, Paris Michel Houdiard, 2015, p. 156-189.

Jacobs, Alan, « Auden at the Opera », The American Scholar, vol. 63, n° 2, 1994, p. 287-295. 

Mozart, W. A. [et Lorenzo Da Ponte], Don Giovanni: Vocal Score, trad. W. H. Auden et Chester Kallman, Schirmer, 1961.

Weisstein, Ulrich, « Reflections on a Golden Style: W. H. Auden’s Theory of Opera », Comparative Literature, vol. 22, n° 2, 1970, p. 108-124.

 



Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 17 janvier). W. H. Auden traduit Lorenzo Da Ponte. Manuscrits de traduction. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy1j

  1. Pierre Degott, « Traduire l’opéra, ou la tentation du calque phonique », Palimpsestes, n° 28, 2015, p. 25-39. []
  2. W. H. Auden et Chester Kallman, cités ibid., § 13. []
  3. Ibid. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search