Fonds Charles Tomlinson

Charles Tomlinson, traduction de “Trilce” de César Vallejo, 1970 © Harry Ransom Center

Le Harry Ransom Center conserve un fonds Charles Tomlinson composé d’une trentaine de boîtes d’archives dont cinq sont consacrées à son œuvre de traducteur. On y trouvera notamment des brouillons et dactylographies (mais aussi carnets de notes et correspondance) de ses traductions de poésie espagnole, italienne et russe — Antonio Machado : Castilian Ilexes (1963) ; César Vallejo : Ten Versions from Trilce (1970 ) ; Giuseppe Ungaretti ; et Fyodor Tyutchev Versions from Fyodor Tyutchev (1960). Charles Tomlinson (1927-2015), poète, traducteur et plasticien de renom, professeur à l’université de Bristol pendant toute sa carrière, a fait de longs et nombreux séjours en Italie, en Espagne, aux États-Unis, au Mexique et au Japon. Éditeur de l’Oxford Book of Verse in English Translation (1980), il a montré dans cette anthologie essentielle la centralité de la traduction dans l’histoire de la littérature anglaise et l’évolution des stratégies traductives au fil des siècles.

Sa traductrice française, Michèle Duclos, note que « si Tomlinson a peu traduit de poètes français, il les a beaucoup lus de près » ; à notre connaissance, le fonds du Harry Ransom Center ne contient pas de brouillons de ses traductions de poètes français. La traductrice poursuit :

Toute traduction réussie est une métamorphose, comme l’est le poème vis-à-vis du réel. Dans son livre Metamorphoses: Poetry and Translation, il analyse les traductions des grands classiques de l’Antiquité, Homère, Virgile, Ovide… en particulier par Dryden et Pope, et les métamorphoses que Shelley, Eliot, Pound, ont proposé de ces classiques. « By translating poetry I do not mean merely journeyman efforts […] I mean translating at the level of artifact […] For the great translation […] is as rare and commanding as the great poem. »1

Tomlison a entretenu une longue amitié avec le poète mexicain Octavio Paz. La solide amitié entre les deux poètes inspirera non seulement des traductions réciproques (l’un traduit l’autre, l’autre traduit l’un), mais aussi, sur le modèle des échanges épistolaires entre auteur et traducteur, quatre sonnets bilingues écrits à quatre mains, Airborn / Hijos del aire. La méthode de composition est la suivante : Tomlinson écrit un premier quatrain et l’envoie par la poste, Paz le traduit en espagnol et rédige à son tour un second quatrain qu’il adresse à Tomlinson, et ainsi de suite. Les corrections et révisions de chaque co-auteur viennent ainsi nourrir le processus de création-traduction collaborative. Par exemple, ces deux vers de Tomlinson sont mal compris par le poète mexicain : « One builds a house of what is there / (horsehair bonded the plaster when horses were). » Paz croit comprendre que la maison des Tomlinson est installée dans d’anciennes écuries ; « consequently, I translated: crines en la argamasa de la caballerizia (horsehair in the mortar of the stables). Charles undeceived me: no, in the pre-industrial era they used to bond mortar with horsehair. »2

Voici les six premiers vers du poème XV de Trilce, de César Vallejo (1922), qui apparaît ci-dessus dans la traduction de Tomlinson :

En el rincón aquel, donde dormimos juntos 
tantas noches, ahora me he sentado 
a caminar. La cuja de los novios difuntos 
fue sacada, o talvez que habrá pasado. 

Has venido temprano a otros asuntos 

*

Le fonds Tomlinson contient également une curiosité : les documents préparatoires de la création-traduction, à huit mains, de Renga – poème coécrit en 1969 par le Mexicain Octavio Paz, le Français Jacques Roubaud, l’Italien Edoardo Sanguineti et le Britannique Charles Tomlinson. Pour mener à bien ce projet de création collective, les quatre poètes ont délaissé la notion d’auteur individuel et choisi une forme canonique japonaise de poésie collective, le renga ou « chaîne de poèmes » — forme qui a évolué au Japon entre le VIIIe et le XVe siècles. Les poètes se sont retrouvés pendant cinq jours au printemps de 1969, à Paris, pour « enchaîner » quatre séquences de sept sonnets dans leurs quatre langues maternelles. Ils ont ainsi produit un « quatuor quadrilingue » (Claude Roy) dont la richesse et la difficulté ont parfois découragé la critique.

 

Bibliographie

Bedient , Calvin, « On Charles Tomlinson », The Iowa Review, vol. 1, n° 2, 1970, p. 83-100.

Duclos, Michèle, « Charles Tomlinson dans une perspective européenne », La Revue des ressources, 2018.

Duclos, Michèle, « Hommage à Charles Tomlinson », Temporel. Revue littéraire & artistique, 2015.

Grogan, Ruth A., « The Fall into History: Charles Tomlinson and Octavio Paz », Comparative Literature, vol. 44, n° 2, 1992, p. 144-160.

Machado, Antonio, Castilian Ilexes. Versions from Antonio Machado, 1875-1939, trad. Charles Tomlinson et Henry Gifford, Londres, Oxford University Press, 1963.

Swigg, Richard, Charles Tomlinson and the objective tradition, Lewisburg, Bucknell University Press Associated UP.

Tomlinson, Charles (éd.), Oxford Book of Verse in English Translation, Oxford, 1980.

Tomlinson, Charles, Metamorphoses : Poetry and Translation, Manchester, Carcanet Press, 2003.

Tomlinson, Charles, Comme un Rire de Lumière, trad. Michèle Duclos, Paris, Caractères, 2009.

Tomlinson, Charles, New Collected Poems, Manchester, Carcanet Press, 2009.

 


Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 1 janvier). Fonds Charles Tomlinson. Manuscrits de traduction. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0u

  1. Duclos, Michèle, « Charles Tomlinson dans une perspective européenne », La Revue des ressources, 2018. La citation de Tomlinson est tirée d’un entretien avec Willard Spiegelman paru dans The Paris Review, n° 149, 1998. []
  2. « On bâtit la maison avec ce qu’on y trouve / (ciment lié au crin du temps des chevaux). » « J’ai donc traduit par crines en la argamasa de la caballerizia (du crin au mortier des écuries). Charles m’a détrompé : non, à l’époque préindustrielle, on liait le mortier avec du crin de cheval. » Octavio Paz et Charles Tomlinson, Airborn / Hijos del Aire, London, Anvil Press, 1981, p. 6, cité dans Patrick Hersant (dir.), Traduire avec l’auteur, Paris, Sorbonne Université Presses, 2020,p. 22. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search