Fonds Giorgio Caproni

Giorgio Caproni, traduction d’un poème d’Apollinaire © Gabinetto Vieusseux

Le Cabinet Vieusseux, à Florence, conserve de nombreux manuscrits de traduction de Giorgio Caproni (1912-1990). Le fonds comporte notamment des lettres, des notes préparatoires et/ou des brouillons relatifs à la traduction de nombreux auteurs français — Jean Genet : Nostra Signora dei FioriMiracolo della rosaQuerelle di BrestPompe funebriDiario del ladro ; Céline : Morte a credito ; Charles Baudelaire : I fiori del male ; Gustave Flaubert : Ricordi note e pensieri intimi et La prima educazione sentimentale ; René Char : Poesia e prosa ; et André Frénaud : Non c’è paradiso.

En plus de son œuvre de poète et de traducteur, Caproni a laissé des réflexions sur la traduction (voir notre bibliographie), que ce soit à l’occasion d’entretiens, d’essais ou de préfaces. Ainsi cette déclaration de foi cibliste : « Al traduttore resta una sola via. Riscrivere interamente il testo […] così come lo avrebbe scritto lo stesso Apollinaire se invece del francese avesse usato l’italiano1 ». Elisa Bricco, qui a consacré deux études aux manuscrits de traduction de Caproni, décrit en ces termes le travail du poète-traducteur :

La reconstruction du parcours traductif au moyen des avant-textes et des différents établissements du texte démontre que le travail de recherche et de réécriture du traducteur – par des opérations visant à rendre intelligibles quelques passages obscurs ou compliqués, ainsi que les métaphores et les images – a été remarquable et a comporté plusieurs versions intermédiaires, témoignant de ses hésitations et multiples tentatives. La recherche minutieuse de l’équivalent traductif le plus adapté se prolongeait d’une élaboration à l’autre, obligeant Caproni à revenir plusieurs fois sur un lexème ou sur une locution jusqu’au moment où il parvenait à la solution la plus satisfaisante.2

Voici les huit premiers vers de « Marizibill » (Alcools) d’Apollinaire correspondant aux épreuves corrigées reproduites ci-dessus :

Dans la Haute-Rue à Cologne
Elle allait et venait le soir
Offerte à tous en tout mignonne
Puis buvait lasse des trottoirs
Très tard dans les brasseries borgnes

Elle se mettait sur la paille
Pour un maquereau roux et rose
C’était un juif il sentait l’ail

 

Bibliographie

Fonds Giorgio Caproni, Archivio Contemporaneo Bonsanti, Gabinetto Vieusseux, Florence.

Apollinaire, Guillaume, Poesie, trad. Giorgio Caproni, Milan, Rizzoli, 1979.

Bricco, Elisa, « Dans l’atelier du traducteur : Giorgio Caproni à l’épreuve de la poésie française », Linguistica Antverpiensia, n° 14, 2015, p. 72-86.

Bricco, Elisa, « Dans les archives de Caproni traducteur de Frénaud », Transalpina, n° 18, 2015, p. 93-106.

Bruera, Franca, « Après que les poètes ont disparu : retraduire Apollinaire en Italie », Repères, octobre 2015.

Caproni, Giorgio, « L’arte del tradurre », Testo a fronte, mars 1990, p. 160-171. 

Caproni, Giorgio, Divagazioni sul tradurre, in Giovanni Raboni (dir.), La Scatola Nera, Milan, Garzanti, 1996, p. 57-71. 

Dei, Adelei, Giorgio Caproni, Mursia, Milan, 1992

Lindenberg, Judith, Giorgio Caproni, poète-traducteur : le rôle de la traduction dans le processus créatif, Bruxelles, Peter Lang, 2014.

Pietrobelli, Federico, « “Erba francese” : Caproni traduttore di poeti (Apollinaire, Frénaud, Char) », mémoire de Master, Università Ca’ Foscari, Venise, 2013.

 
 


Citer ce billet
Patrick Hersant (2021, 1 janvier). Fonds Giorgio Caproni. Manuscrits de traduction. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy11

  1. Giorgio Caproni, « L’arte del tradurre », Testo a fronte, mars 1990, p. 166. []
  2. Elisa Bricco, « Dans les archives de Caproni traducteur de Frénaud », Transalpina, n° 18, 2015, p. 102. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search