Fonds Elmar Tophoven

Fiche d’Elmar Tophoven relative à la traduction de « disent les imbéciles » de Nathalie Sarraute, 1977 © Erika Tophoven

Le fonds Tophoven contient une masse très importante d’ouvrages et de manuscrits se rapportant aux travaux, tant conjoints qu’individuels, d’Elmar et d’Erika Tophoven, qui ont traduit en allemand un grand nombre d’auteurs et autrices francophones de la seconde moitié du xxe siècle. Le fonds n’ayant pas encore fait l’objet d’un traitement archivistique, il est difficile d’estimer précisément son étendue et de donner un panorama exhaustif de son contenu. Il a en effet la particularité de se trouver en possession de la famille Tophoven, qui en ouvre l’accès aux chercheurs et chercheuses. Ces archives privées occupent une pièce entière de la maison familiale de Straelen, petite ville de Rhénanie-du-Nord-Westphalie où Elmar Tophoven a fondé le Europäisches Übersetzer-Kollegium (EÜK), premier collège de traducteurs et traductrices.

Les archives d’Elmar Tophoven se caractérisent par la pratique de ce qu’il a appelé la « traduction transparente » (« transparentes Übersetzen »), qui consistait à prendre en notes le processus traductif, d’abord sur des fiches bristol, puis, dans les années 1980, à l’ordinateur. Outre ses brouillons de traduction, le fonds présente ainsi plusieurs milliers de fiches où sont détaillés les problèmes rencontrés et les solutions envisagées par le traducteur. Erika Tophoven a elle aussi appliqué cette méthode à certaines de ses propres traductions.

La fiche reproduite ci-dessus concerne la traduction d’un roman de Nathalie Sarraute, « disent les imbéciles », paru en allemand sous le titre »sagen die Dummköpfe« en 1978. Elmar Tophoven cherche comment rendre l’allusion à la coutume française de glisser une « fève » dans la galette des rois et opte pour une « périphrase » (« Umschreibung ») recourant à l’adjectif composé « bohnengroß » (« de la taille d’une fève »).

Texte source :

C’est une fève, une minuscule poupée de porcelaine…

Traduction d’Elmar Tophoven :

Es ist etwas Hartes, bohnengroß, ein winziges Porzellanpüppchen …

Dans un article qu’il consacre par la suite à son collègue et ami Paul Celan, le traducteur explique que cette solution lui a été inspirée par une suggestion de ce dernier à propos d’un problème similaire rencontré chez Claude Simon.

Voici un aperçu indicatif des différents types de documents que l’on peut trouver dans le fonds Tophoven :

    • ouvrages originaux annotés
    • brouillons de traduction
    • fiches de traduction
    • tapuscrits de traduction
    • disquettes
    • glossaires et catalogues d’observations
    • conférences et écrits
    • correspondance
    • coupures de presse
    • documents concernant la fondation de l’EÜK
    • cours de traduction d’Elmar Tophoven à l’École normale supérieure

Les écrivains et écrivaines représentées dans ces archives sont principalement Samuel Beckett, dont Elmar et Erika Tophoven ont été les traducteurs attitrés pendant plus de trente ans, et les auteurs gravitant autour du Nouveau Roman : Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon, Claude Mauriac. Elmar Tophoven a également traduit Monique Wittig, Marguerite Duras, Eugène Ionesco et Henri Thomas. Erika Tophoven a traduit de son côté Victor Segalen, Ágota Kristóf et Hélène Cixous.

Les traductions d’Elmar et d’Erika Tophoven concernent aussi bien des romans et des textes en prose que des œuvres dramatiques, y compris un grand nombre de pièces radiophoniques. Si la plupart des traductions ont été réalisées du français vers l’allemand, beaucoup d’œuvres de Samuel Beckett ont été traduites depuis l’anglais ou à partir d’originaux bilingues. Elmar Tophoven a également traduit du néerlandais, notamment des textes de Jacoba van Velde et de Hugo Claus.

 

Bibliographie

Arber, Solange, et Erika Tophoven, « Enjeux symboliques et scientifiques des archives de traducteurs : les archives Tophoven à Straelen », META : Journal des traducteurs, vol. 66, n° 1,  2021 (à paraître).

Cordingley, Anthony, « Tophoven’s Dream: A Prototype for Genetic Translation Studies », Palimpsestes, n° 34, 2020, p. 152‑168.

Kupsch-Losereit, Sigrid, « Erika Tophoven », Germersheimer Übersetzerlexikon, 2015.

Kupsch-Losereit, Sigrid, « Elmar Tophoven », Germerscheimer Übersetzerlexikon, 2017.

Tophoven, Elmar, « La traduction transparente », trad. Jean Malaplate, TransLittérature, n°10, 1995, p. 19‑27.

Tophoven, Erika, Glückliche Jahre: Übersetzerleben in Paris; Gespräche mit Marion Gees, Berlin, Matthes & Seitz, 2011.

Tophoven Jonas, « Übersetzernachlass in Straelen », Tophoven-Archiv.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search