Fonds Fernando Pessoa

Fernando Pessoa, traduction de « The Raven » d’Edgar Poe © Biblioteca Nacional de Portugal

Les archives du poète portugais Fernando Pessoa, conservées à la Bibliothèque nationale du Portugal (Lisbonne), contiennent de nombreux documents témoignant d’une intense activité de traducteur. De nature hétéroclite, ces documents peuvent cependant être répartis en trois grandes catégories :

      1. Listes de poèmes à traduire (ou déjà traduits) et projets de traduction en général ;
      2. Brouillons des traductions ;
      3. Textes de nature théorique portant sur la théorie et la pratique de la traduction, notamment poétique.

Il faut également signaler les nombreuses annotations autographes de Fernando Pessoa – dans les marges du livre, à côté du texte original – qui enrichissent plusieurs volumes de sa bibliothèque personnelle, et qui, dans certains cas, prennent la forme de véritables brouillons de traduction. Les œuvres de la bibliothèque privée de l’auteur, actuellement conservées à la Casa Fernando Pessoa, peuvent être consultées, en version électronique, sur le site de l’établissement.

La plupart des traductions réalisées ou envisagées par Pessoa sont restées inédites ; c’est pourquoi les documents conservés dans les archives de l’auteur jouent un rôle de premier plan dans l’étude du travail de Pessoa en tant que traducteur.

Fernando Pessoa a traduit de l’espagnol, du français et du latin, mais surtout de l’anglais, qui lui servait également de langue médiatrice pour la traduction d’œuvres écrites dans les langues que Pessoa ne maîtrisait pas, comme l’ancien grec.

Les archives de l’auteur témoignent aussi de plusieurs projets de traduction d’auteurs canoniques de la littérature portugaise (Luís de Camões, Antero de Quental, António Botto) que Pessoa se proposait de traduire en anglais, afin d’étendre leur notoriété au-delà des frontières nationales. Parmi les œuvres traduites du portugais vers d’autres langues figurent aussi des cas d’auto-traduction du portugais vers l’anglais et le français.

Le principe guidant l’activité de traduction chez Pessoa est celui de la traduction comme « parodie » : le traducteur, en particulier le traducteur de poésie, doit transposer dans un autre univers linguistique non seulement le contenu sémantique du texte mais aussi ses structures formelles.

Ce principe est brillamment mis en œuvre par Pessoa dans sa traduction du poème « The Raven » d’Edgar Poe, parue en 1924. Pour rendre en portugais les complexes structures rythmiques et phonétiques du poème anglais, le poète-traducteur privilégie la transposition des rimes, qui donnent au poème son rythme principal ; le brouillon reproduit ci-dessus montre que Pessoa, pendant la rédaction du texte, laisse des espaces vides dans la zone centrale du vers et anticipe la traduction de la partie finale du vers – la rime –, qui agit comme un pivot central autour duquel Pessoa élabore le reste de la traduction.

Au-delà du schéma des rimes, Pessoa a également réussi à transposer dans sa traduction certains autres éléments phonétiques du texte source (les assonances, les allitérations, les rimes internes et jusqu’à la position des accents dans les vers), prouvant ainsi ses extraordinaires compétences de traducteur.

 

1 Once upon a midnight dreary, while I pondered, weak and weary,

2 Over many a quaint and curious volume of forgotten lore

3 While I nodded, nearly napping, suddenly there came a tapping,

4 As of some one gently rapping, rapping at my chamber door.

5 “‘Tis some visitor,” I muttered, “tapping at my chamber door

6 Only this and nothing more.”

 

1 Numa meia-noite agreste, quando eu lia, lento e triste,

2 Vagos, curiosos tomos de sciencias ancestraes,

3 E já quasi adormecia, ouvi o que parecia

4 O som de alguem que batia levemente a meus humbraes.

5 «Uma visita», eu me disse, «está batendo a meus humbraes.

6 É só isto, e nada mais.

 

Bibliographie

Baptista, Maria Rosa Pereira, Pessoa Tradutor. Dissertação de Mestrado em Literaturas Comparadas Portuguesa e Francesa, Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, 1990.

Bothe, Pauly Ellen. « Algunos apuntes hacia una teoría de la traducción y la creación literaria en Fernando Pessoa », Pessoa Plural, 2017, p. 236-254. 

Defenu, Carlotta, « Translation in Progress: The Manuscript of ‘O Corvo’ by Fernando Pessoa », Diffractions. Graduate journal for the study of culture, nº 4 (2021), p. 168-189. 

Ferrari, Patricio, « Fernando Pessoa as a Writing-reader: Some Justifications for a Complete Digital Edition of his Marginalia », Portuguese Studies, vol. XXIV, nº 2 (2008), p. 69-114.

Fischer, Claudia J., « Auto-tradução e experimentação interlinguística na génese d’‘O Marinheiro’ de Fernando Pessoa », Pessoa Plural, nº 1 (2012), p. 1-69. 

Gato, Margarida Vale de, « Poetics and Ideology in Fernando Pessoa’s Translations of Edgar Allan Poe », The Edgar Allan Poe Review, 2010, p. 121-131.

Gato, Margarida Vale de (éd.), Principais Poemas de Edgar Allan Poe. Traduzido por Fernando Pessoa e Margarida Vale de Gato, Lisbonne, Babel, 2011.

Pizarro, Jerónimo, et Paulo de Medeiros, « Introduction: Fernando Pessoa and Translation », The Translator, vol. 26, nº 4 (2020), p. 317-232.

Portela, Manuel, « ‘O Corvo’ de Pessoa: uma filosofia da tradução », Revista da Faculdade de Ciências Humanas e Sociais, nº 7 (2010), p. 40-53.

Saraiva, Arnaldo, Fernando Pessoa, poeta-tradutor de poetas: os poemas traduzidos e o respectivo original, Porto, Lello, 1996.

 



Citer ce billet
Carlotta Defenu (2021, 1 janvier). Fonds Fernando Pessoa. Manuscrits de traduction. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0x

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search