Séminaire

Séminaire de l’équipe ITEM  « Multilinguisme, traduction, création »

Archives • 2017-2018 • 2018-2019 • 2019-2020 • 2020-2021 • 2021-2022

 


 

Programme 2021-2022

 

 

 

Viviana Agostini-Ouafi • Pézard et Dante : philologie et génétique du traduire

8 octobre 2021 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Weil • 15h – 17h

Traducteur de l’œuvre complète de Dante de l’italien et du latin vers le français (Gallimard, 1965), Pézard est un philologue et médiéviste italianiste qui propose, dans la seconde moitié du XXe siècle, une approche complexe et originale à l’œuvre de Dante. En travaillant dans son fonds d’archives du Collège de France, V. Agostini-Ouafi a pu mesurer l’interconnexion existant dans ses travaux entre avant-textes, textes et paratextes (péritextes accompagnant en note, en appendice ou en introduction sa traduction ; épitextes d’ordre méta-critique, sur sa méthode et ses choix de traduction, ou d’exégèse philologique et littéraire). Pézard garde une grande quantité de brouillons, revoit et corrige constamment sa traduction, présente ses auto-analyses à des colloques ou les publie lui-même : c’est le labeur d’une vie. La génétique de la traduction est un aspect fondamental de sa réflexivité traductologique et de sa démarche pratique. Sa méthode est cohérente avec ses présupposés théoriques et vise sans cesse, indéfiniment, à réaliser le rêve de Dante : traduire la sémantique du rythme. Un vers de la Vie Nouvellemaintes fois réécrit par Pézard illustrera sa conception et sa pratique du traduire.

Viviana Agostini-Ouafi est maître de conférences à l’université de Caen Normandie. Ses recherches portent sur l’histoire, les théories et les pratiques de la traduction : elle s’est occupée de Croce, Gentile, Even-Zohar et Eco, de la réception et traduction de Dante en France et de Proust en Italie. Parmi ses travaux : Giacomo Debenedetti traducteur de Marcel Proust (2003), Poetiche della traduzione (2010) ; elle a traduit l’Avertissement de Pézard aux Œuvres complètes de Dante (Dante e il pittore persiano, 2014), codirigé Poétiques des archives (Transalpina 18, 2015) et publié plusieurs études de philologie et génétique de la traduction, notamment sur Pézard et Dante.

 

Sylvie Kleiman-Lafon • Antoine Lasalle, traducteur de Francis Bacon

12 novembre 2021 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Weil • 15h – 17h

Entre 1800 et 1803, Antoine Lasalle fait paraître à Dijon sa traduction française des œuvres complètes de Francis Bacon en quinze volumes. Encouragé par Voltaire (Lettres philosophiques, 1734) et par d’Alembert (Discours préliminaire, 1751), qui présentent Bacon comme l’inspirateur du projet encyclopédiste des Lumières, Lasalle a traduit seul, au lendemain de la Révolution, une œuvre aussi difficile qu’imposante, à partir d’originaux en anglais et en latin. Philosophe lui-même et ardent promoteur de la nouvelle science baconienne depuis sa lecture du Novum Organum, Lasalle est aussi un expérimentateur qui saura mettre à profit ses années d’observations météorologiques effectuées à bord de navires marchands pour annoter sa traduction de l’Historia Ventorum ou de la Sylva Sylvarum de Bacon.

L’histoire de cette traduction majeure (la première entreprise de traduction des œuvres complètes du philosophe britannique, pour le moins sinueuse, se confond avec celle de la Révolution, puis de la Terreur. Les nombreuses notes de bas de page ajoutées par Lasalle donnent également à voir le rapport conflictuel du traducteur avec l’œuvre qu’il traduit, ses doutes, ses emportements, ses désaccords ou encore ses aveux d’incompréhension.

Sylvie Kleiman-Lafon est maître de conférences en littérature anglaise et en traduction littéraire à l’université de Paris 8. Ses recherches actuelles portent sur l’œuvre de Bernard Mandeville et sur l’histoire de la traduction (XVIIe-XVIIIe siècles). Elle participe au projet de dictionnaire des traducteurs des Lumières porté par Ann Thomson et Alessia Castagnoli (Université européenne de Florence), et co-traduit la Sylva Sylvarum de Francis Bacon.

 

Antonietta Sanna et Camilla Maria Cederna • Entre création et traduction. Le fonds manuscrit d’Elisa Chimenti

10 décembre 2021 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Weil • 15h – 17h

Écrivaine, philosophe, journaliste, pédagogue, Elisa Chimenti, expatriée à l’âge de quatre mois à Tanger à la fin du XIXe siècle avec toute sa famille, a consacré toute sa vie et son œuvre au dialogue entre les langues, les cultures et les religions, ainsi qu’à la réflexion sur la condition des femmes et à leur émancipation. Cette écrivaine polyglotte, maîtrisant une dizaine de langues, dont plusieurs langues européennes, l’arabe littéraire, l’hébreu et de nombreux dialectes maghrébins, nous a laissé un très riche matériel inédit de plus de trente ouvrages, comprenant des recueils de contes, romans, proses variées, recueils poétiques. Pour la plupart écrits en français, mais aussi en italien, anglais et espagnol, ces textes sont caractérisés par un plurilinguisme qui se manifeste par la présence de différents termes étrangers ainsi que par des expressions traduites littéralement d’autres langues, notamment de l’arabe. 

Depuis la fin des années 1990, ces inédits ont suscité l’intérêt de chercheurs, mais c’est seulement depuis quelques années qu’ils se retrouvent au centre d’un projet de recherche international, notamment avec à la création du Laboratoire Associé International sur « l’écriture de l’exil au féminin » (université de Lille et La Sapienza, à Rome).

Notre intervention portera sur la présentation de ce corpus inédit, afin de mettre en évidence à travers quelques exemples le métissage linguistique et culturel de ces ouvrages, ainsi que les questions posées par leur traduction.

Camilla Maria Cederna est maître de conférences HDR en langue, littérature et civilisation italiennes à l’université de Lille. Sa recherche porte sur les transferts culturels, la circulation du théâtre italien à l’époque moderne, la traduction et le dialogue entre les littératures et les cultures dans l’espace méditerranéen. Au Laboratoire associé international (LAI), elle est responsable du programme « L’écriture de l’exil au féminin. Le dialogue entre les langues, les cultures et les idées, dans l’espace européen et méditerranéen (XIXe-XXIe siècles) », en collaboration avec l’université La Sapienza (Rome). Elle participe également aux projets internationaux : ARPREGO (Archives du Théâtre Prégoldonien) ; et « Historiographie théâtrale comparée à l’époque moderne » ELCI – OBVIL.

Antonietta Sanna est professeure de Littérature française au département de Philologie, Littéreature et Linguistique de l’Université de Pise. Membre associée de l’ITEM, elle travaille avec l’équipe Valéry et l’équipe Multilinguisme, traduction, création. Elle a conduit des recherches philologiques et littéraires sur le théâtre du XVIIe siècle, auquel elle a consacré divers essais et un volume (La parola solitaria, Quodlibet, 2008). Elle a publié de nombreux essais sur l’œuvre de Paul Valéry, notamment Un certain théâtre. Genèse d’un rêve valéryen, ETS, 1997 ; Leonardo da Vinci. Interpretazioni e rifrazioni da Giambattista Venturi a Paul Valéry, avec Romano Nanni ( Olshki, 2012) ; Paul Valéry traducteur de Léonard. Lecture, interprétation, création (Archives contemporaines, 2019. Elle est responsable scientifique du projet de numérisation de la revue Commerce et de ses archives, et participe au projet de numérisation des Cahiers de Paul Valéry, dirigé par Michel Jarrety.

 

David Elder • Traduire les Cahiers de Valéry : transcrire/traduire un laboratoire de pensées

4 février 2022 • ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris • Salle IHMC • 15h – 17h

La conférence partira d’un premier constat : les Cahiers de Paul Valéry constituent un véritable laboratoire de pensées et non une méthode achevée – ce qui impose des enjeux considérables aux transcripteurs / traducteurs. On s’interrogera sur le rôle du mot « traduire » dans les Cahiers (ce que Valéry entend par le mot « traduire », mais aussi l’immense portée métaphorique de ce terme dans son œuvre), avant de proposer une description des manuscrits en montrant à la fois leur lisibilité et leur part d’illisibilité.

On évoquera pour finir les compétences spécifiques des traducteurs (généralistes vs spécialistes valéryens) et les diverses contraintes éditoriales (lisibilité, problème particulier des ébauches de poèmes ; cas particulier des manuscrits nettoyés, épurés, à partir des textes poétiques dans les Cahiers ; cas des manuscrits tronqués, partiels).

David Elder a dirigé la section des langues vivantes à l’université Edith Cowan (Australie occidentale), où il est membre émérite de la faculté des Arts et de la Communication. Il doit son intérêt pour les études valéryennes à deux éminents valéryens australiens : James Lawler et Judith Robinson (Valéry). Il a publié de nombreux travaux sur Paul Valéry – dont, pour s’en tenir aux plus récents, Paul Valéry et l’acte de traduire (Classiques Garnier, 2019) et « “L’ange” de Valéry. Esquisse d’une étude génétique et traductologique », dans Geneviève Henrot-Sostero (dir.) Archéologie(s) de la traduction (Classiques Garnier, 2020).

 

Ilan Stavans • On Self-Translation : Meditations on Language

4 mars 2022 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle IHMC • 15h – 17h

On Self-Translation is a collection of essays and conversations on language in its multifaceted forms. Stavans discusses the way syntax is being restructured by texting and other technologies. He examines how the alphabet itself is being forgotten by the young, how finger snapping has taken on a new meaning, how the use of ellipses has lapsed, and how autocorrect is shaping the way we communicate. In an incisive meditation, he shows how translating one’s own work reinvents oneself in another tongue. The volume includes tête-à-têtes with Pulitzer Prize–winner Richard Wilbur and short-fiction master Lydia Davis, as well as dialogues on silence, multilingualism, poetry, and the durability of the classics. Stavans’s explorations cover Spanish, English, Hebrew, Yiddish, and the hybrid lexicon of Spanglish. He muses on the meaning of foreignness and on living and dying in different languages. Among his primary concerns are the role and history of dictionaries and the extent to which the authority of language academies is less a reality than a delusion. He concludes with renditions into Spanglish of portions of HamletDon Quixote, and The Little Prince.


Ilan Stavans is Lewis-Sebring Professor of Humanities and Latin American and Latino Culture at Amherst College. He has taught courses on a wide array of topics such as Spanglish, Jorge Luis Borges, Shakespeare in prison, modern American poetry, Latin music, Don Quixote, Gabriel García Márquez, Modernismo, popular culture in Hispanic America, world Jewish writers, the cultural history of the Spanish language, Pablo Neruda, the history of the Spanish language, Isaac Bashevis Singer, Sor Juana Inés de la Cruz, Yiddish literature, Jewish-Hispanic relations, cinema, Latin American art, and U.S.-Latino culture.

 

Anthony Cordingley • La Bible, la reine et le brouillon : manuscrits de traduction de la Renaissance anglaise

8 avril 2022 • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle IHMC • 15h – 17h

Les manuscrits autographes de traductions littéraires réalisées avant le XVIIIe siècle sont extrêmement rares. Cette communication sera l’occasion d’évoquer de quelques exemples connus de la tradition anglaise – dont certains ont attiré l’attention des historiens de la littérature mais restent peu connus des généticiens –, notamment la découverte en 2015 d’un brouillon de traduction de la King James Bible attribué à Samuel Ward (1572-1643), membre de la « deuxième compagnie de Cambridge », l’une des six équipes chargées de traduire la Bible pour le roi Jacques Ier. Ce brouillon sera comparé à quelques autres, dont les manuscrits la reine Élisabeth Ière elle-même, dont les traductions privées d’auteurs classiques tels que Tacite ont aussi été mises au jour récemment. Il s’agira de montrer l’apport de la génétique des traductions à la recherche interdisciplinaire sur la traduction ; dans le cas que nous présentons, par exemple, elle offre aux biblistes et aux historiens une approche différente mais complémentaire pour conceptualiser les manuscrits et les processus de traduction.

Anthony Cordingley est maître de conférences à l’université Paris 8 – Vincennes-Saint-Denis, actuellement en détachement à l’université de Sydney en tant que Robinson Fellow. Spécialiste de la littérature anglophone et de la traduction, il a publié récemment Samuel Beckett’s “How It Is”: Philosophy in Translation (Edinburgh University Press) et co-dirigé avec Patrick Hersant le dernier numéro de Meta : Journal des traducteurs consacré au archives de traduction. Il conduit actuellement un projet de recherche (2020-2022) au Centre for Translation Studies (CETRA) à KU Leuven, sous le titre Genetic Translation Studies et dans le cadre d’une bourse Marie Skłodowska-Curie.

 

Anna Saroldi • Charles Tomlinson et Attilio Bertolucci : une traduction à la lumière de ses manuscrits

20 mai 2022 • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle IHMC • 15h – 17h

Charles Tomlinson (1927-2015) aura été « le plus grand défenseur de la poésie traduite au Royaume-Uni » (Morley). Poète de renom, critique littéraire et traducteur, il reste surtout connu à l’étranger pour sa participation à des expériences d’écriture collaborative avec des écrivains comme Octavio Paz, Jacques Roubaud et Edoardo Sanguineti. Cette conférence abordera notamment sa relation avec l’Italie et la littérature italienne et sa carrière de traducteur de la poésie italienne. À partir de documents répartis dans plusieurs centres d’archives en Italie, au Royaume-Uni et aux États-Unis, on présentera une étude génétique de sa traduction des Selected Poems d’Attilio Bertolucci (Londres, Bloodaxe 1993).

Charles Tomlinson was ‘the foremost champion of translated poetry in Britain” (Morley). A successful poet in his own right, he was also a prolific critic and translator, known internationally for his experiments in collaborative writing with writers such as Paz, Roubaud, Sanguineti. In this talk, I will focus on his relationship with Italy and Italian literature and his career as a translator of Italian poetry. Relying on archival sources from Italy, the UK, and the US, I will present a genetic study of Tomlinson’s translations of Attilio Bertolucci’s Selected Poems (Bloodaxe 1993).

Anna Saroldi est doctorante à l’Université d’Oxford et boursière de l’AHRC. Elle étudie des traductions en anglais de prose et de poésie italiennes de la deuxième moitié du XXe siècle, afin de mettre au jour leur influence au sein du système littéraire anglophone. Elle fait partie du groupe de recherche en traduction et littérature comparée OCCT (Oxford Comparative Criticism and Translation) et s’intéresse également à l’autotraduction et à l’hétéroglossie poétique entre italien, français et anglais.

Anna Saroldi is a doctoral researcher at the English Faculty of the University of Oxford. Her research project, funded by the AHRC, focuses on translators of Italian literature into English in the second half of the 20th century. She is a member of the OCCT Research Group and has presented and published papers on self-translation and heteroglossic poetical practice in Italian, English, and French.

 

Pascale Sardin • Barbara Bray traductrice de Marguerite Duras au prisme du fonds John Calder de la Lilly Library

3 juin 2022 • Maison française d’Oxford • 2 Norham Road • Conference Room • 15h – 17h

Barbara Bray (1922-2010) fut la première traductrice à donner une voix anglaise aux textes de Marguerite Duras en adaptant dès 1958 Le Square et Moderato Cantabile pour la radio britannique. En 1965, elle proposa à l’éditeur de Duras au Royaume-Uni de publier Le Marin de Gibraltar, roman paru en 1952 en France, à l’occasion de la sortie du film de Tony Richardson avec Jeanne Moreau. Cette traduction s’inscrivait dans un contexte difficile où les relations entre Duras et ses éditeurs outre-Manche et outre-Atlantique étaient particulièrement tendues du fait du rendu insatisfaisant en langue anglaise de L’Après-midi de M. Andesmas et de Moderato cantabile (non traduits par Bray). Nous verrons comment les archives John Calder conservées à la bibliothèque Lilly de l’université de l’Indiana, aux États-Unis, donnent accès à de nombreux documents (correspondance, tapuscrits et épreuves) qui permettent de contextualiser la genèse de la traduction de Sailor of Gibraltar et la visée traductive qui l’a portée. Ils permettent aussi de mettre au jour le rôle clé joué par la traductrice comme intermédiaire entre l’écrivaine française et l’éditeur anglais. Cette recherche historiographique et traductologique, qui s’appuie sur des pièces d’archives, s’inscrit dans une volonté de visibilisation du travail des femmes dans les échanges interculturels au cours de la 2e partie du XXe siècle.

Pascale Sardin est Professeure de littérature britannique et de traductologie à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle est l’autrice de Samuel Beckett auto-traducteur ou l’art de l’empêchement (Artois Presses Université, 2002) et de Samuel Beckett et la passion maternelle ou l’hystérie à l’œuvre (Presses Universitaires de Bordeaux, 2009). Elle a dirigé deux volumes de la revue Palimpsestes (Presses Sorbonne nouvelle) et rédige actuellement une biographie littéraire de Barbara Bray, compagne de longue date de Samuel Beckett, qui fut productrice à la BBC, journaliste et traductrice.

 

 


 
Programme 2020-2021
 
 

Patrick Hersant • Transcrire et analyser les brouillons de traduction

9 octobre 2020 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Paul Celan • 16h – 18h

À travers quelques exemples puisés dans la profusion de l’archive, nous verrons que le travail sur les brouillons de traducteurs peut prendre diverses formes, de la plus ponctuelle à la plus systématique ; qu’il autorise une grande diversité d’approches, qu’il s’agisse d’illustrer telle hypothèse suggérée par la comparaison entre l’original et la traduction publiée ou de mettre en lumière une méthode de travail ; qu’il donne à voir, enfin, le processus traductif au moment même où il s’accomplit, et non plus tel qu’il est évoqué avec plus ou moins d’objectivité et de sincérité par des traducteurs interrogés après coup. À cet égard, l’étude des brouillons de traducteurs au long cours nous éclaire sur la réalité quotidienne de leur travail, sur son évolution au fil des ans ou d’une œuvre à l’autre, et sur leur situation dans la cartographie qu’ils dessinent des traducteurs de la première moitié du XXe siècle. Enfin et peut-être surtout, les brouillons de traducteurs nous donnent un précieux aperçu de cette zone où Fabienne Durand-Bogaert voit l’image d’un « monde possible [élu] au prix de la réfutation d’autres mondes qui, à un moment donné, furent également possibles ».

Patrick Hersant enseigne la littérature anglaise et la traduction à l’université Paris 8. Sa recherche récente porte sur la génétique des traductions, dont elle s’efforce de tracer les contours en analysant divers manuscrits et autres documents préparatoires – Philippe Jaccottet traduisant Giuseppe Ungaretti, Maurice-Edgar Coindreau traduisant William Goyen, Ludmila Savitzky traduisant James Joyce.

 

Sylvie Kleiman-Lafon • Antoine Lasalle, traducteur de Francis Bacon

6 novembre 2020 • ENS • 45 rue d’Ulm • Salle Celan • 16h – 18h (séance reportée)

Entre 1800 et 1803, Antoine Lasalle fait paraître à Dijon sa traduction française des œuvres complètes de Francis Bacon en quinze volumes. Encouragé par Voltaire (Lettres philosophiques, 1734) et par d’Alembert (Discours préliminaire, 1751), qui présentent Bacon comme l’inspirateur du projet encyclopédiste des Lumières, Lasalle a traduit seul, au lendemain de la Révolution, une œuvre aussi difficile qu’imposante, à partir d’originaux en anglais et en latin. Philosophe lui-même et ardent promoteur de la nouvelle science baconienne depuis sa lecture du Novum Organum, Lasalle est aussi un expérimentateur qui saura mettre à profit ses années d’observations météorologiques effectuées à bord de navires marchands pour annoter sa traduction de l’Historia Ventorum ou de la Sylva Sylvarum de Bacon.

L’histoire de cette traduction majeure (la première entreprise de traduction des œuvres complètes du philosophe britannique, pour le moins sinueuse, se confond avec celle de la Révolution, puis de la Terreur. Les nombreuses notes de bas de page ajoutées par Lasalle donnent également à voir le rapport conflictuel du traducteur avec l’œuvre qu’il traduit, ses doutes, ses emportements, ses désaccords ou encore ses aveux d’incompréhension.

Sylvie Kleiman-Lafon est maître de conférences en littérature anglaise et en traduction littéraire à l’université de Paris 8. Ses recherches actuelles portent sur l’œuvre de Bernard Mandeville et sur l’histoire de la traduction (XVIIe-XVIIIe siècles). Elle participe au projet de dictionnaire des traducteurs des Lumières porté par Ann Thomson et Alessia Castagnoli (Université européenne de Florence), et co-traduit la Sylva Sylvarum de Francis Bacon.

 

Viviana Agostini-Ouafi • Pézard et Dante : philologie et génétique du traduire

4 décembre 2020 • ENS • 45 rue d’Ulm • Salle Celan • 16h – 18h  (séance reportée)

Traducteur de l’œuvre complète de Dante de l’italien et du latin vers le français (Gallimard, 1965), Pézard est un philologue et médiéviste italianiste qui propose, dans la seconde moitié du XXe siècle, une approche complexe et originale à l’œuvre de Dante. En travaillant dans son fonds d’archives du Collège de France, Viviana Agostini-Ouafi a pu mesurer l’interconnexion existant dans ses travaux entre avant-textes, textes et paratextes (péritextes accompagnant en note, en appendice ou en introduction sa traduction ; épitextes d’ordre méta-critique, sur sa méthode et ses choix de traduction, ou d’exégèse philologique et littéraire). Pézard garde une grande quantité de brouillons, revoit et corrige constamment sa traduction, présente ses auto-analyses à des colloques ou les publie lui-même : c’est le labeur d’une vie. La génétique de la traduction est un aspect fondamental de sa réflexivité traductologique et de sa démarche pratique. Sa méthode est cohérente avec ses présupposés théoriques et vise sans cesse, indéfiniment, à réaliser le rêve de Dante : traduire la sémantique du rythme. Un vers de la Vie Nouvelle maintes fois réécrit par Pézard illustrera sa conception et sa pratique du traduire.

Viviana Agostini-Ouafi est maître de conférences à l’université de Caen Normandie. Ses recherches portent sur l’histoire, les théories et les pratiques de la traduction : elle s’est occupée de Croce, Gentile, Even-Zohar et Eco, de la réception et traduction de Dante en France et de Proust en Italie. Parmi ses travaux : Giacomo Debenedetti traducteur de Marcel Proust (2003), Poetiche della traduzione (2010) ; elle a traduit l’Avertissement de Pézard aux Œuvres complètes de Dante (Dante e il pittore persiano, 2014), codirigé le numéro « Poétiques des archives » (Transalpina n° 18, 2015) et publié plusieurs études de philologie et génétique de la traduction, notamment sur Pézard et Dante.

 

Fabienne Durand-Bogaert • Traduction et pouvoir heuristique : deux exemples de rassurante étrangeté

22 janvier 2021 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Paul Celan • 16h – 18h

En marge des textes théoriques consacrés à la traduction, d’autres écrits, issus d’autres pratiques savantes ou littéraires, font entendre un discours qui, s’il n’aborde pas frontalement les problématiques du traduire, a cependant beaucoup à nous apprendre sur celles-ci. La démarche adoptée par Freud dans la rédaction de son texte sur l’inquiétante étrangeté et les pages qu’Hélène Cixous consacre au « cri de la littérature » constituent deux exemples d’un apport indirect mais assurément pertinent pour une réflexion sur la traduction.

Fabienne Durand-Bogaert, agrégée d’anglais, docteur en sciences du langage, enseigne l’histoire et la critique des traductions à l’EHESS. Aux publications liées à ses activités de recherche — de nombreux articles sur la traduction, dont la direction du numéro 38 de la revue Genesis (« Traduire », 2014) — s’ajoute la traduction d’une trentaine d’ouvrages de sciences humaines et de nombreuses collaborations aux catalogues d’exposition des musées français (Centre Pompidou, Jeu de Paume, CAPC de Bordeaux, entre autres).

 

Clément Fradin • Éditer les traductions inédites de Paul Celan

19 février 2021 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Paul Celan • 16h – 18h

Alors que les études sur l’œuvre de traducteur de Paul Celan (1920-1970), assez nombreuses, mettent surtout l’accent sur les liens entre son œuvre poétique et ses traductions, soit pour pointer des concordances et des affinités, soit au contraire pour relever l’écart dans la traduction, et ses raisons – qui peuvent tenir d’une contradiction propre au geste traducteur, même le plus « littéral » –, peu de commentateurs ont envisagé le corpus des traductions restées inédites de Celan. Ces textes aux statuts multiples (depuis la traduction « pour soi » jusqu’aux textes restés dans un tiroir suite à un échec éditorial en passant par les envois privés), traduits essentiellement du français mais aussi de l’anglais et du russe, se distribuent tout au long de la vie de Celan et recèlent bien des enseignements sur l’activité de traducteur de Celan, les brouillons le montrant pour ainsi dire « au travail », mais ce corpus pose aussi un certain nombre de problèmes dans l’établissement des dossiers génétiques des traductions.

Au centre de cette présentation se trouveront donc des réflexions éditoriales (comment présenter un dossier génétique d’une traduction inachevée, fragmentaire ou dont les étapes ne peuvent être que partiellement reconstituées, et quelle limite donner à une telle édition ?) appuyées sur des exemples à même d’esquisser une typologie, mais il s’agira également de jeter des ponts vers les raisons d’être de ces textes non-publiés et donc vers leur signification pour Celan.

Clément Fradin est post-doctorant au sein de l’EUR Translitteræ (ENS-PSL / CNRS) et prépare une édition commentée des traductions inédites de Paul Celan. Il a rédigé une thèse sur la bibliothèque de ce poète sous la direction de Werner Wögerbauer (à paraître aux Éditions rue d’Ulm, 2020). Il participe également comme traducteur à la Grande Édition Marx-Engels aux Éditions Sociales (Marx/Engels, Correspondance, tome 13 (1875-1880), 2020), ainsi qu’à la nouvelle traduction du recueil Pavot et mémoire de Paul Celan aux Éditions du Seuil (2020).

 

Rúbia de Souza • Auto-traduction, réécriture, création : la traduction de « Chanson » par Giuseppe Ungaretti et Jean Lescure

5 mars 2021 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Paul Celan • 16h – 18h

Pour la traduction en français des poèmes de La Terra Promessa (1950), Giuseppe Ungaretti (1888-1970) prépare à l’intention Jean Lescure (1912–2005) des textes qu’il nomme « essais de traduction », ou traductions avec « indications du sens littéral ». Les raisons pour lesquelles Ungaretti a préparé ces « auto-traductions » restent inconnues, mais, en se penchant sur les manuscrits autographes d’Ungaretti et les brouillons de création de Jean Lescure, on parvient à restituer le parcours à la fois escarpé et fascinant de cette traduction poétique à quatre mains.

Rúbia Nara de Souza est doctorante en traduction à l’université d’Anvers, où elle prépare une thèse de doctorat sur le processus de création de la traduction française des poèmes de Giuseppe Ungaretti avec la collaboration de Jean Lescure (Les Cinq Livres, Minuit, 1954). Elle s’intéresse aux recherches sur le rôle des traducteurs dans les systèmes littéraires ainsi que leur (in)visibilité sur les marchés éditoriaux. Elle est également traductrice de l’italien et du français vers le portugais.

 

Rita Filanti • « A blank page for you to write upon » : Ada Prospero’s letters to Piero Gobetti

2 avril 2021 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Paul Celan • 16h – 18h

Ada Prospero (1902-1968) was a language teacher, writer, and translator from English, French and Russian. An anti-fascist militant, she fought as a partisan against the Nazi occupation of Italy. After the end of World War II, she was appointed vice-mayor of Turin, the first woman to hold such a position in Italy, and continued her relentless activity as a women’s rights activist, pedagogue, editor and, above all, translator until her death.

Prospero’s intense engagement with the theory and practice of translation emerges in her correspondence, first with her fiancé and husband, Piero Gobetti (1901-1926), and later with philosopher and mentor Benedetto Croce (1866-1952), together with the notes, diaries and drafts preserved in the Centro studi “Piero Gobetti” in Turin. While Gobetti’s antifascist legend has made the survival and access to this documentation possible, Prospero’s name and translating activity has long been overshadowed by the aura surrounding her husband. Although her letters and diaries rhetorically perpetuate topoi of woman’s modesty and submissiveness to influential male figures, what emerges most powerfully in the archival material is her innovative conception of translation as a means to contest not only patriarchal and fascist structures of power, but also their underlying ideologies of single-handed authorship, authorial intention, and intellectual property.

Rita Filanti holds a PhD in Translation Studies & Anglo-American Literatures from the University of Bari, Italy. Currently an English teacher and literary translator, Rita has been a Lecturer of Italian and taught in Australian and North American universities for many years. She has written several essays on TS in international journals and edited volumes. She has co-translated a number of contemporary American poets, including Philip Levine and Larry Levis, for poetry journals. Her latest publications include the Italian translations from American-English of Maxim D. Shrayer’s memoirs Aspettando America: Storia di una migrazione (Pisa UP: 2017) and Fuga dalla Russia (forthcoming 2021).

 

David Elder • Traduire les Cahiers de Valéry : transcrire/ traduire un laboratoire de pensées

7 mai 2021 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Paul Celan • 16h – 18h

La conférence partira d’un premier constat : les Cahiers de Paul Valéry constituent un véritable laboratoire de pensées et non une méthode achevée – ce qui impose des enjeux considérables aux transcripteurs / traducteurs. On s’interrogera sur le rôle du mot « traduire » dans les Cahiers (ce que Valéry entend par le mot « traduire », mais aussi l’immense portée métaphorique de ce terme dans son œuvre), avant de proposer une description des manuscrits en montrant à la fois leur lisibilité et leur part d’illisibilité.

On évoquera pour finir les compétences spécifiques des traducteurs (généralistes vs spécialistes valéryens) et les diverses contraintes éditoriales (lisibilité, problème particulier des ébauches de poèmes ; cas particulier des manuscrits nettoyés, épurés, à partir des textes poétiques dans les Cahiers; cas des manuscrits tronqués, partiels).

David Elder a dirigé la section des langues vivantes à l’université Edith Cowan (Australie occidentale), où il est membre émérite de la faculté des Arts et de la Communication. Il doit son intérêt pour les études valéryennes à deux éminents valéryens australiens : James Lawler et Judith Robinson (Valéry). Il a publié de nombreux travaux sur Paul Valéry – dont, pour s’en tenir aux plus récents, Paul Valéry et l’acte de traduire (Classiques Garnier, 2019) et « “L’ange” de Valéry. Esquisse d’une étude génétique et traductologique », dans Geneviève Henrot-Sostero (dir.) Archéologie(s) de la traduction (Classiques Garnier, 2020).

 

Geneviève Henrot • Archéologie(s) de la traduction

4 juin 2021 • ENS • 45 rue d’Ulm • 75005 Paris • Salle Paul Celan • 16h – 18h

Une génétique de la traduction à l’état naissant peut s’installer au point de confluence de disciplines variées : non seulement la critique génétique du texte littéraire, mais aussi une philologie en plein renouveau numérique, une linguistique aux concepts mûrs et une traductologie outillée pour explorer textes et corpus littéraires et non littéraires. Mais aussi, dans un esprit de traduction collaborative, la paire symétrique de traducteurs langue source/langue cible en séance de travail permet de mettre au jour les processus de transfert, leurs mobiles, mouvances et motivations dans le corps à corps qui s’établit autour du sentiment de littérarité. Nous en saisirons les enjeux autour de la traduction d’un poème hermétique d’Henry Bauchau tiré du recueil Double Zodiaque.

Geneviève Henrot est Professeur ordinaire de Langue française à l’Université de Padoue (Italie). Elle est auteure, entre autres, de Henry Bauchau poète. Le Vertige du seuil (Droz, 2003), Peaux d’âmes (Champion, 2009), Pragmatique de l’anthroponyme dans À la recherche du temps perdu (Champion, 2011). Elle est co-éditrice, avec Isabelle Serça, de Marcel Proust et la forme linguistique de la Recherche (Champion, 2013) ; avec Florence Lautel-Ribstein, de Traduire À la recherche du temps perdu (Classiques Garnier, 2015) ; avec Simona Pollicino, de Traduire en poète (Artois Presses, 2017). Elle a coordonné Archéologie(s) de la traduction pour la collection « Translatio, Problématiques de la traduction n° 2 » (Classiques Garnier, 2020). Elle prépare le dossier 2021 du Bulletin d’informations proustiennes consacré à « L’Exercice de la parole » dans la Recherche.

 


 
Programme 2019-2020
 
 

Nina Dmitrieva • Le bilinguisme au temps de Pouchkine

5 octobre 2019 • ENS • 46 rue d’Ulm • Salle des Conférences • 14h30 – 16h30

Le français, dont l’expansion internationale a commencé dans la société intellectuelle russe du XVIIIe siècle, accède à une position dominante dans le premier tiers du XIXe. Langue précise et équilibrée, « langue de la pensée » selon Pouchkine, le français devient non seulement la langue de la communication avec l’Europe, mais aussi un mode d’accès à sa culture et à ses littératures. Le russe ne disparaît certes pas pour autant russe, et le russe littéraire tend même à se développer. Le grand poète Alexandre Pouchkine, surnommé « le Français » au lycée (car il écrivait et parlait français), est considéré comme le fondateur de la langue russe littéraire. En Russie, les correspondances et les manuscrits de l’époque témoignent d’une situation bilingue extrêmement diverse. Les manuscrits (les brouillons) et la correspondance bilingues de Pouchkine, magnifique exemple de code switching, permettent d’observer en détail sa pratique d’écrivain.

Nina Dmitrieva est directrice de recherche à l’Institut de littérature russe de l’Académie des sciences de Russie Pouchkinsky Dom (Saint-Pétersbourg). Elle a publié de nombreux travaux sur Pouchkine, notamment : « Du bilinguisme dans les manuscrits de Pouchkine », dans Les langues des manuscrits, Saint-Pétersbourg, 2000, p. 85-93 ; « Comment éditer les textes français de Pouchkine », dans Textologie et pratique éditoriale. Rencontre entre chercheurs français et russes, Moscou, 2003, p. 223-228 ; « La renommé de Pouchkine à l’étranger de son vivant », dans Issledovania i materialy XVIII XIX, S.-Pétersbourg, 2004, p. 267-279 ; et « Pouchkin’s letters in French”, dans French and Russian in imperial Russia, vol 1: Language Use among the Russian Elite, Édimbourg, 2015, p. 172-192.

Séance organisée avec l’équipe ITEM « Autobiographie et correspondances »

 

Ekaterina Dmitrieva • Madrigaux, épigrammes, prose épistolaire : bilinguisme et multilinguisme dans l’œuvre de Pouchkine

5 octobre 2019 – ENS, 46 rue d’Ulm • Salle des Conférences. 14h30 – 16h30

La conférence consistera en une analyse comparée de l’utilisation du français par Pouchkine dans ses poèmes, ses proses et sa correspondance. Le passage du russe au français, et vice versa, est dénommé de diverses manières selon le genre littéraire où on l’observe ; au-delà de l’étiquette que l’on attache à sa fonction, toutefois, il entraîne le choix d’un style spécifique, tributaire de l’univers qui s’attache à l’une ou l’autre des deux langues en jeu.

Ekaterina Dmitrieva, directrice de recherche à l’Institut de Littérature mondiale (Institut Gorki), à l’Académie des Sciences de Russie, est professeur de littérature comparée à l’Université des sciences humaines et au Collège universitaire de Moscou. Elle a été professeur invité à l’université Paris 8, à l’université de Picardie et à l’ENS. Elle consacre aujourd’hui sa recherche à l’histoire de la méthode comparée, ainsi qu’à l’esthétique baroque et romantique en Russie, en France et en Allemagne. Elle collabore à l’édition des Œuvres complètes de Nicolas Gogol et est également traductrice (Valère Novarina, Julien Gracq, Antoine Volodine).

Séance organisée avec l’équipe ITEM « Autobiographie et correspondances »

 

Max Hidalgo Nácher • Traduction et culture : dans la bibliothèque d’Haroldo de Campos

8 novembre 2019 • ENS • 45 rue d’Ulm 75005 Paris • Petite salle ECLA. 15h – 17h

Haroldo de Campos, poète, critique, traducteur, théoricien de la littérature et traductologue, fut un infatigable médiateur culturel : il a établi des réseaux intellectuels à l’échelle internationale et a traduit des textes de l’anglais, de l’allemand, du français, du russe, de l’italien, de l’espagnol, du grec, du japonais et du chinois (entre autres langues), avec la claire conscience de la spécificité culturelle du Brésil et, plus généralement, de l’Amérique latine. Haroldo de Campos a entretenu des liens étroits avec de nombreux intellectuels d’avant-garde (dont Jacques Derrida, Umberto Eco, Roman Jakobson, Michel Butor ou Henri Meschonnic). Sa bibliothèque – qui contient plus de 21 000 volumes – peut se lire comme la matérialisation et le sédiment de cette pratique de lecture et d’écriture au service de la création, témoin d’une certaine idée générale de la traduction.

Il est possible de parcourir son œuvre et sa bibliothèque en suivant les rapports qui se tissent avec sa théorie et sa pratique de la traduction, toutes deux marquées par un engagement poétique militant qui revendique l’appropriation et l’anthropophagie. Ainsi peut-on observer, dans le parcours d’Haroldo de Campos, une pratique de la traduction conçue comme capitalisation anthropophagique de la langue et une théorie de la traduction conçue comme enjeu culturel fondamental. Après une présentation générale de la bibliothèque d’Haroldo de Campos, de ses réseaux et ses façons de lire et de choisir, nous proposerons une approche des processus liés à la traduction et à une pratique critique anthropophagique qui envisage la création comme circulation.

Max Hidalgo Nácher enseigne la théorie de la littérature et la Littérature comparée à l’Universitat de Barcelona (UB). Membre du GEXEL de l’Universitat Autònoma de Barcelona (UAB), il consacre sa recherche à l’œuvre et aux réseaux intellectuels d’Haroldo de Campos ainsi qu’à l’histoire et aux usages de la théorie littéraire. Il a notamment publié des articles sur Roland Barthes, Samuel Beckett, José Bergamín, Haroldo de Campos, Oscar Masotta, Leyla Perrone-Moisés et Nicolás Rosa, et dirigé les dossiers « Historia y usos hispánicos de la teoría » (452ºF, 2015) et « Circulações da teoria na América Latina » (Landa, 2019).

 

Giuseppe Sofo • Lire la marge de la traduction : Aimé Césaire au prisme des archives

17 janvier 2020 • ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris • Salle Cavaillès • 15h – 17h

Les études consacrées à la traduction se concentrent sur la page, sur les « produits » offerts par les traducteurs et les traductrices, mais il y a un autre espace qui peut nous en dire beaucoup plus sur le processus de traduction : la marge, qui peut nous révéler tout ce qui est caché par le produit final, car cet espace d’incertitude nous parle du travail des traducteurs et des traductrices et du processus de traduction mieux que toute version publiée. En lisant les brouillons de traducteurs de l’œuvre d’Aimé Césaire vers l’anglais et l’allemand au prisme des archives, nous nous interrogerons sur le rôle de tout ce qui se trouve à la marge de la traduction (annotations, corrections, questions sans réponse) pour aller vers une compréhension de l’identité plurielle et fluide de tout texte, et de toute traduction, qu’une lecture plus complète du processus de traduction peut nous offrir.

Giuseppe Sofo est enseignant-chercheur à l’université Ca’ Foscari de Venise. Ancien boursier de l’université Franco-italienne et du DAAD (Allemagne), il consacre actuellement sa recherche à la traduction et à la réécriture. Auteur de I sensi del testo : Scrittura, riscrittura e traduzione (Novalogos, 2018), il a codirigé l’ouvrage collectif Sulla traduzione : Itinerari fra lingue, letterature e culture (Solfanelli, 2015).

Séance organisée avec l’équipe ITEM « Manuscrits francophones »

 

Solange Arber • L’écriture en fiches : Elmar Tophoven traduisant « disent les imbéciles » de Nathalie Sarraute

7 février 2020 • ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris • Petite salle ECLA • 15h – 17h

Le traducteur allemand Elmar Tophoven (1923-1989) a développé à partir de la fin des années 1960 une méthode de traduction qui consiste à prendre en note les étapes intermédiaires et les réflexions conduisant au texte cible. Pour ce faire, il consignait sur des fiches cartonnées, à côté de son manuscrit de travail, un passage du texte source qui lui posait problème, les différentes solutions envisagées, la nature de la difficulté ainsi que le procédé de traduction employé. La traduction du roman de Nathalie Sarraute « disent les imbéciles », en 1978, a généré de la sorte environ 1400 fiches.

Cette méthode, baptisée plus tard traduction transparente (« transparentes Übersetzen »), fixe une énorme quantité d’informations permettant de reconstituer les processus décisionnels à l’œuvre, tels qu’ils ont été pensés par le traducteur. Alors que l’analyse génétique des brouillons de traduction doit souvent se contenter d’émettre des hypothèses sur les raisons qui ont poussé à privilégier tel terme ou telle tournure, les fiches d’Elmar Tophoven nous font en quelque sorte entrer dans la tête du traducteur, comme si ce dernier s’était fait le généticien de sa propre écriture. L’étude du dossier génétique du roman de Nathalie Sarraute, intitulé »Sagen die Dummköpfe« en allemand, nous amène ainsi à nous interroger sur cette écriture en fiches, afin non seulement de reconstituer la façon de travailler d’Elmar Tophoven, mais aussi de saisir certaines spécificités de l’écriture d’une traduction.

Solange Arber, agrégée d’allemand, est doctorante en études germaniques à Sorbonne Université en cotutelle avec l’Université de Lausanne. Son sujet de thèse porte sur le traducteur Elmar Tophoven et sa méthode de « traduction transparente ». Elle a publié des articles sur la génétique des traductions, la métaphore de la transparence et la réception du Nouveau Roman en Allemagne.

 

Emily Eells • “Open Sesame” : l’étranger dans la langue de Proust

6 mars 2020 • ENS • 45 rue d’Ulm, 75005 Paris •  Salle Weil • 15h – 17h.

La traduction de Ruskin par Proust, et notamment le passage de Sésame et les lys où il réfléchit à la signification des mots, servira de point de départ à cette communication. Je propose de me concentrer sur le jeu dans la langue de Proust et le défi qu’il représente pour ses traducteurs en anglais. La créativité verbale de Proust – ses anglicismes, ses néologismes, les « cuirs » et les jeux de mots qu’il met dans la bouche de ses personnages – est mise à l’épreuve par la traduction qui doit en sonder le sens. L’étude de cette question pourrait porter comme sous-titre « Proust en anglais dans le texte » car elle s’intéressera aux mots anglais qu’il inscrit dans son texte mais aussi à sa traduction qui met en œuvre des stratégies visant à conserver les empreintes et emprunts de la langue étrangère dans la version originale.

Emily Eells est professeur de littérature britannique à l’Université Paris Nanterre. Spécialiste de Proust et auteur de Proust’s Cup of Tea : Homoeroticism and Victorian Culture (Ashgate, 2002), ses recherches actuelles se concentrent sur John Ruskin et le livre illustré. Elle a co-édite avec Naomi Toth les actes du colloque Traduire la sonorité dans l’œuvre de Proust, publiés en 2018 chez Honoré Champion.

Séance organisée avec l’équipe ITEM Proust

 

Sylvie Kleiman-Lafon • Antoine Lasalle, traducteur de Francis Bacon

3 avril 2020 • ENS •  45 rue d’Ulm, 75005 • Salle ECLA • 15h – 17h (séance reportée)

Entre 1800 et 1803, Antoine Lasalle fait paraître à Dijon sa traduction française des œuvres complètes de Francis Bacon en quinze volumes. Encouragé par Voltaire (Lettres philosophiques, 1734) et par d’Alembert (Discours préliminaire, 1751), qui présentent Bacon comme l’inspirateur du projet encyclopédiste des Lumières, Lasalle a traduit seul, au lendemain de la Révolution, une œuvre aussi difficile qu’imposante, à partir d’originaux en anglais et en latin. Philosophe lui-même et ardent promoteur de la nouvelle science baconienne depuis sa lecture du Novum Organum, Lasalle est aussi un expérimentateur qui saura mettre à profit ses années d’observations météorologiques effectuées à bord de navires marchands pour annoter sa traduction de l’Historia Ventorum ou de la Sylva Sylvarum de Bacon.

L’histoire de cette traduction majeure (la première entreprise de traduction des œuvres complètes du philosophe britannique, pour le moins sinueuse, se confond avec celle de la Révolution, puis de la Terreur. Les nombreuses notes de bas de page ajoutées par Lasalle donnent également à voir le rapport conflictuel du traducteur avec l’œuvre qu’il traduit, ses doutes, ses emportements, ses désaccords ou encore ses aveux d’incompréhension.

Sylvie Kleiman-Lafon est maître de conférences en littérature anglaise et en traduction littéraire à l’université de Paris 8. Ses recherches actuelles portent sur l’œuvre de Bernard Mandeville et sur l’histoire de la traduction (XVIIe-XVIIIe siècles). Elle participe au projet de dictionnaire des traducteurs des Lumières porté par Ann Thomson et Alessia Castagnoli (Université européenne de Florence), et co-traduit la Sylva Sylvarum de Francis Bacon.

 

Patrick Hersant • Transcrire et analyser les brouillons de traduction

15 mai 2020 • ENS • 45 rue d’Ulm, 75005 • Salle ECLA • 15h – 17h (séance reportée)

À travers quelques exemples puisés dans la profusion de l’archive, nous verrons que le travail sur les brouillons de traducteurs peut prendre diverses formes, de la plus ponctuelle à la plus systématique ; qu’il autorise une grande diversité d’approches, qu’il s’agisse d’illustrer telle hypothèse suggérée par la comparaison entre l’original et la traduction publiée ou de mettre en lumière une méthode de travail ; qu’il donne à voir, enfin, le processus traductif au moment même où il s’accomplit, et non plus tel qu’il est évoqué avec plus ou moins d’objectivité et de sincérité par des traducteurs interrogés après coup. À cet égard, l’étude des brouillons de traducteurs au long cours nous éclaire sur la réalité quotidienne de leur travail, sur son évolution au fil des ans ou d’une œuvre à l’autre, et sur leur situation dans la cartographie qu’ils dessinent des traducteurs de la première moitié du XXe siècle. Enfin et peut-être surtout, les brouillons de traducteurs nous donnent un précieux aperçu de cette zone où Fabienne Durand-Bogaert voit l’image d’un « monde possible [élu] au prix de la réfutation d’autres mondes qui, à un moment donné, furent également possibles ».

Patrick Hersant enseigne la littérature anglaise et la traduction à l’université Paris 8. Sa recherche récente porte sur la génétique des traductions, dont elle s’efforce de tracer les contours en analysant divers manuscrits et autres documents préparatoires – Philippe Jaccottet traduisant Giuseppe Ungaretti, Maurice-Edgar Coindreau traduisant William Goyen, Ludmila Savitzky traduisant James Joyce.

 


Programme 2018-2019

 

Patrick Hersant •  L’étude génétique des brouillons de traduction

22 septembre 2018 • 14h30 – 16h30 • ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Samuel Beckett

Les brouillons de traducteurs nous donnent un précieux aperçu de cette zone linguistique grise qui sépare l’original de sa traduction ; ils constituent et révèlent cette d’ordinaire invisible, offrant la mouvante image de cet espace indistinct où le texte s’élabore en même temps que la langue se métamorphose, à coups de trouvailles, d’approximations provisoires et de retouches perpétuelles. Après un aperçu du champ encore peu exploré de la génétique de la traduction, ou genetic translation studies, nous examinerons quelques exemples en détail (Jaccottet et Ungaretti, Saint-John Perse et T. S. Eliot, Coindreau et Faulkner, Kaplan et Camus, Savitzky et Joyce, Padgett et Larbaud, Homère et Pope) afin d’y repérer ce que l’étude comparative classique donne rarement à voir : les éloquentes traces d’une méthode de travail.

Patrick Hersant enseigne la littérature anglaise et la traduction à l’université Paris 8. Il a consacré de nombreux articles à la traduction de la poésie britannique, établi et co-traduit des anthologies bilingues, édité un recueil de quinze traductions de S. T. Coleridge, et publié plusieurs traductions de recueils poétiques — notamment Edward Lear (Ombres), Rupert Brooke (La Différence), Philip Sidney, Francis S. Fitzgerald, R. L. Stevenson (Les Belles Lettres) et Seamus Heaney (Gallimard). Il prépare un ouvrage collectif sur la collaboration auteur–traducteur (Traduire avec l’auteur, Sorbonne Université Presses, 2020) et travaille, avec Leonid Livak, à une monographie consacrée à la traductrice Ludmila Savitzky.

Séance organisée avec l’équipe ITEM « Paul Valéry »

 

Alain Ausoni • Mémoires d’outre-langue. Écrire la vie en LV2

9 novembre 2018 • 14h30 – 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311

Dans cette communication, tout en faisant le point sur la centralité de l’écriture autobiographique dans leur production littéraire, on retracera la récente montée en singularité des écrivains qui pourraient dire, comme Samuel Beckett ou Emil Cioran avant eux, « mon français n’a pas d’enfance » (Jurgenson 2014, 98). Pour écrire sa vie, il faut d’une certaine manière s’en extraire. Chateaubriand se rêvait racontant sa vie d’outre-tombe. Que se passe-t-il quand on écrit ses Mémoires d’outre-langue ? On cherchera des réponses à cette question dans quelques textes contemporains en tâchant, pour finir, d’identifier certains défis particuliers que ce corpus offre à la génétique textuelle.

Alain Ausoni, docteur de l’université d’Oxford, est maître d’enseignement et de recherche à l’École de français langue étrangère de l’Université de Lausanne. Dans ce cadre, il s’intéresse à la didactique de la littérature et à l’enseignement-apprentissage du français oral. Il a récemment exploré la pratique autobiographique d’écrivains non-natifs dans l’essai Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi (Genève, Slatkine, 2018) et écrit les notices de certains écrivains translingues pour le Dictionnaire de l’autobiographie paru en 2017 chez Champion.

 

Antonio Lavieri,  Danielle Londei et Éric Jolly • Les manuscrits plurilingues des anthropologues. Traductologie et écriture ethnographique

7 décembre 2018 • ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris, Pavillon Pasteur

Les archives ethnographiques deviennent de plus en plus accessibles, et une approche traductologique et génétique des « manuscrits de terrain» (documents de travail, fiches, croquis, journaux ethnographiques, carnets…) est maintenant possible : les chercheurs peuvent désormais jouir d’un accès privilégié aux phénomènes de surdétermination linguistique – hétéroglossie, multilinguisme, lexique emprunté aux langues vernaculaires… – des expériences ethnographiques, sur les traces des processus sous-jacents à l’invention de l’Autre. À l’occasion de la parution de l’ouvrage collectif Traduire l’Autre. Pratiques interlinguistiques et écritures ethnographiques (dir. A. Lavieri et D. Londei, L’Harmattan, 2018, nouvelle collection « Cahiers d’ethnotraductologie »), cette table ronde interrogera la dimension interdisciplinaire – méthodologique et épistémologique – que la traductologie partage avec l’anthropologie et l’écriture ethnographique, à la lumière des enjeux épistémiques activés par les pratiques traduisantes. Les opérations traductives ne se limitent jamais à des transferts uniquement linguistiques, mais constituent toujours des pratiques cognitives, culturelles, symboliques et sociales qui orientent et transforment la relation entre description et interprétation, traditions et savoirs, croyances et connaissances.

Antonio Lavieri est maître de conférences (HDR) en linguistique française et traduction à l’université de Palerme. Membre de l’équipe Multilinguisme, Traduction, Création, il coordonne le groupe de recherche « Traductologie et anthropologie des savoirs » (Do.Ri.F Università). Ses recherches et ses publications portent principalement sur la relation entre les imaginaires discursifs du traduire et les formes rationnelles de la traductologie savante.

Danielle Londei est professeur de Langue et culture françaises au département d’Interprétation et traduction de l’université de Bologne. Ses recherches portent sur l’interdisciplinarité des approches linguistiques et culturelles, en se référant tout particulièrement à l’historiographie, à l’anthropologie culturelle et aux philosophies de la complexité. Elle a produit de nombreux essais sur ces thématiques et organisé plusieurs colloques internationaux.

Éric Jolly est anthropologue et chercheur au CNRS. Directeur de l’Institut des mondes africains (IMAF), ses recherches en Pays dogon, terrain phare de l’école Griaule, l’ont conduit à travailler sur l’épistémologie et l’histoire de l’ethnologie française, en particulier sur les premières grandes missions ethnographiques, sur l’écriture des ethnologues et sur l’usage de leurs archives.

Séance organisée avec l’équipe ITEM « Manuscrits francophones »

 

Frédéric Weinmann • “En français dans le texte” : Comment les traducteurs réagissent-ils face aux passages écrits dans la langue d’arrivée ?

8 février 2019 • 14h30 – 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311

Parmi les phénomènes que Charles Zaremba nomme « incrustations linguistiques » (passages rédigés dans une langue autre que celle qui domine l’ensemble d’un énoncé), le cas des mots, des expressions ou des phrases appartenant à la langue d’arrivée représente une difficulté particulière pour le traducteur. Comment réagir, en effet, devant ces termes ou syntagmes en apparence intraduisibles… puisque déjà traduits ? Existe-t-il d’autres solutions que le traditionnel « En français dans le texte » ? Et comment les traducteurs réagissent-ils quand ce français de l’étranger n’est pas si français qu’on pourrait le souhaiter ? C’est à ces questions que l’on essaiera de répondre à partir d’exemples tirés de la littérature anglo- saxonne.

Frédéric Weinmann, ancien élève de l’ENS, agrégé d’allemand et docteur HDR en littérature comparée, a beaucoup travaillé sur l’histoire de la traduction et notamment sur la théorie de la traduction aux XVIIIe et XIXe siècles. Il a publié de nombreux articles de traductologie et contribué à l’Histoire des traductions en langue française des éditions Verdier. Son approche consiste le plus souvent à partir des données sociologiques et paratextuelles pour parvenir à une meilleure compréhension des choix de traduction et une interprétation plus fine des textes traduits.

 

Zlatka Timenova-Valtcheva • Entre les langues : écriture de haïku et autotraduction

8 mars 2019 • 14h30 • 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311

Sommes-nous déterminés à vivre entre… Entre ici et là, entre le passé et le présent, entre le même et le différent, entre la naissance et la mort, entre les antinomies ? L’écriture est aussi un processus qui se déroule entre… Entre le moi et l’autre, entre le moi avant et le moi après, entre le moi ici et le moi là, entre le moi auteur et le moi écrivain, entre l’écrivain et le lecteur. L’écriture de haïku est peut-être la seule possibilité de nous situer au niveau du moi-ici-maintenant. D’arrêter le moment présent, l’unique, le seul qui lie le passé et le futur. Ce type d’écriture poétique brève – trois lignes, 17 syllabes – s’adapte particulièrement bien au moment présent, à l’instanéité. 

Le haïku européen est aussi entre… Entre la culture européenne et la culture japonaise. Entre la culture de l’individuel et la culture du collectif, entre la culture de l’action et la culture de la non-action. À ce titre, il constitue une sorte d’adaptation et d’appropriation des règles formelles du haïku japonais très codifié. L’autotraduction du haïku est aussi un processus entre… Entre langues, sons, harmonies, musicalité et silences. Nous allons examiner des exemples de notre propre composition et d’autotraduction de haïku en plusieurs langues pour voir comment se fait le passage d’une langue vers l’autre. Passage que l’auteur- traducteur fait au sein d’un processus de va-et-vient entre la langue d’origine et la langue d’arrivée pour satisfaire sa propre attente de lecture dans les deux langues.

Zlatka Timenova est née en Bulgarie en 1949. Docteur de l’université de Sofia (Bulgarie, 1979) et de Coimbra (Portugal, 2008), elle vit au Portugal depuis 1994 et enseigne la langue française et le bulgare à l’université de Lisbonne depuis 2008, après avoir enseigné dans d’autres universités bulgares et portugaises. Elle écrit des haïkus en différentes langues et s’autotraduit. Elle est lauréate de nombreux prix de l’Europoésie. Ses poèmes sont publiés en anglais, français, bulgare, arabe, japonais, vietnamien, croate, italien…

 

Myriam Olah • Traces énonciatives de la langue hongroise dans les textes et les avant-textes d’Agota Kristof

5 avril 2019 • 14h30 – 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311 (séance annulée)

Cette communication apportera un éclairage sur le processus d’écriture d’Agota Kristof et, notamment, le recours à la langue hongroise. L’étude de la syntaxe, de la dynamique des verbes et de la négation révèle des caractéristiques discursives propres à la première langue de l’auteur. En effet, une analyse linguistique et génétique permet de « reconstituer » de façon hypothétique ces modalités discursives. Cette méthode permet de dégager une nouvelle cohérence qui questionne le style attribué à Agota Kristof, en mettant en relief des formes courantes dans la langue hongroise qui transparaissent dans le texte français.

Quelle est la place de l’autotraduction dans le processus créatif de l’auteur ? La comparaison entre poèmes hongrois et français publiés récemment dans le recueil Clous/Szögek, qui comporte les traductions de Maria Maïlat, montre notamment l’impact des pronoms personnels, facultatifs dans la première langue d’Agota Kristof. De plus, une traduction des textes français en hongrois révèle la présence sous-jacente de rimes. L’exploration des sonorités constitue une part importante de l’œuvre d’Agota Kristof qui apparaît également dans ses créations prosaïques et théâtrales. L’étude du lexique employé par l’auteur lors de l’écriture en français dévoile une dimension affective insoupçonnée. Elle nuance également les formes hyperboliques caractéristiques de l’écriture d’Agota Kristof. Peut-on trouver des traces de la langue hongroise dans les manuscrits conservés aux Archives littéraires suisses ? Je propose d’explorer ensemble les textes d’Agota Kristof en apportant un éclairage grâce à mes compétences en hongrois (ma première langue).

Myriam Olah enseigne les littératures comparées à l’université de Lausanne. Ses recherches actuelles portent sur une « langue d’enfance dans la langue d’écriture » d’auteurs plurilingues qui ont fait l’expérience de l’exil. Elle explore la présence du japonais, du grec, du hongrois et du russe dans les textes littéraires écrits en français. Elle a soutenu une thèse intitulée (R)écrire les mythes sous l’oppression. Poétiques croisées de Yannis Ritsos et de Sándor Weöres. Ce travail, qui a reçu le prix de la faculté, lui a permis de développer en parallèle une activité de traductrice. Elle collabore actuellement à l’édition d’un volume collectif consacré aux Écritures en exil.

 

Olga Anokhina • Quand le plurilinguisme fait vendre : de l’écriture littéraire à l’industrie musicale

7 juin 2019 • 14h30 – 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311

Même si le fait que la grande majorité de la population mondiale est plurilingue n’est pas encore (re)connu par tout le monde, la littérature plurilingue, qui a toujours existé et qui se développe exponentiellement ces dernières décennies, attire l’attention sur la réalité plurilingue. Loin d’être un phénomène de mode, marginal et passager, cette littérature reflète la réalité des créateurs (les écrivains qui ont adopté une langue autre pour leur écriture), mais aussi des lecteurs. Si l’on se penche sur la production musicale, qui touche à travers le monde des millions de personnes de tout âge, on constate également que le plurilinguisme non seulement se banalise mais représente un gage de succès, y compris commercial, en permettant de toucher un plus large public avec le même produit. L’étude de documents de travail nous a permis d’identifier quelques stratégies créatives utilisées par des écrivains : dans cette présentation, nous tenterons de voir si ces mêmes stratégies sont convoquées pour contribuer à créer les œuvres plurilingues musicales à succès.

Olga Anokhina est linguiste, chercheur à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM, UMR 8132 CNRS/ENS). Elle consacre ses recherches à la genèse des œuvres des écrivains plurilingues, des traducteurs et à la relation entre le plurilinguisme et la créativité littéraire. Elle a publié plusieurs recueils et ouvrages collectifs, dont Critique génétique : concepts, méthodes, outils (avec Sabine Pétillon, 2009) ; Multilinguisme et genèse des textes (avec Natalia Vélikanova et al., 2010) ; Multilinguisme et créativité littéraire (2012) ; Écrire en langues : littératures et plurilinguisme (avec François Rastier, 2015) ; numéro spécial « Plurilinguisme » du Nouveau Bulletin ADEAF (2015) ; Du texte à l’image : une genèse réinventée (avec Fatiha Idmhand, 2018) et, avec Emilio Sciarrino, coordonné le numéro thématique « Entre les langues » de la revue Genesis, consacré aux brouillons plurilingues (2018). Elle dirige aux Éditions des Archives Contemporaines (EAC) la collection « Multilinguisme, traduction, création », consacrée aux recherches dans le domaine du plurilinguisme littéraire et de la traduction.

 


Programme 2017-2018

 

Esa Hartmann • Pour une approche génétique du processus traductif : le cas de Saint-John Perse

20 octobre 2017 • 14h30 – 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311

L’œuvre hermétique et inclassable de Saint-John Perse (1887-1975), poète, diplomate et lauréat du Prix Nobel en 1960, a toujours exercé sur ses pairs une véritable fascination. T. S. Eliot, Giuseppe Ungaretti et Rainer Maria Rilke se sont ainsi inspirés de l’éclatante nouveauté de ses poèmes et de leur univers imaginaire, et ont transposé l’œuvre persienne dans leur langue maternelle – expérience qu’ont partagée des traducteurs éminents tels que Walter Benjamin, Hugh Chisholm et Wallace Fowlie. Tout en dévoilant le parcours intéressant du processus traductif, les manuscrits de ces traductions révèlent une entreprise longtemps restée secrète : l’autotraduction de Saint-John Perse, qui, à travers sa collaboration aux traductions anglaises de son œuvre, réécrit de nombreux passages de ses poèmes dans une autre langue.

Cette création seconde reflète, autant qu’elle la redouble, la genèse de l’œuvre originale, comme le dévoilent les manuscrits des traductions anglaises des poèmes Anabase (1924), Vents (1946) et Amers (1957), abondamment annotés par le poète. Mieux encore : les choix traductifs de Saint-John Perse font émerger les points forts de son art poétique, tandis que ses variantes et suggestions nous livrent une précieuse clé herméneutique pour éclairer les passages obscurs de son œuvre. Enfin, les enquêtes génétiques menées dans divers fonds d’archives nous permettent de reconstituer l’histoire captivante de ces traductions, au gré des manuscrits voyageant de continent en continent.

Esa Christine Hartmann enseigne la littérature allemande et la traduction à l’Université de Strasbourg. Ses recherches actuelles sont consacrées à l’approche génétique de la traductologie et de la création plurilingue. Elle a publié Les manuscrits de Saint-John Perse. Pour une poétique vivante (Paris, L’Harmattan, 2007), ainsi que de nombreux articles de critique génétique portant sur le processus créateur de Saint-John Perse et de ses traducteurs anglais, américains et allemands. Elle est membre du Groupe d’études sur le plurilinguisme européen (LILPA) de l’Université de Strasbourg et membre associé de l’équipe Multilinguisme, traduction, création de l’ITEM.

 

Sara Greaves • Le creative writing plurilingue en milieu médical

1er décembre 2017 • 14h30 – 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311

Cette communication portera sur un atelier d’écriture plurilingue dans un Centre d’Action Médico- Sociale Précoce, le CAMSP Salvator à Marseille. Proposé aux parents plurilingues d’enfants consultant au CAMSP par le Docteur Jean-Luc Di Stefano et moi-même, il sera présenté sous divers aspects : raison d’être, mise en œuvre, cadre théorique, effets thérapeutiques… Des exemples de productions écrites de ces ateliers seront ensuite étudiés sous l’angle d’une stylistique plurilingue. On pourra consulter ici la  trame et les productions d’un atelier comparable, animé dans le cadre du colloque « Étudier l’exil », organisé par Alexis Nuselovici (Nouss) et Alexandra Galitzine Loumpet en mai 2015 à AMU et au MUCEM.

Jean-Luc Di Stefano est psychiatre, responsable du CAMSP Salvator à Marseille et président du séminaire « Handicap et symptôme », au sein duquel cet atelier a été pensé, et co-organisateur avec Sara Greaves des Journées d’étude « Ecriture et arts du soin » dont la troisième aura lieu en 2018.

Sara Greaves enseigne la poésie britannique des XXe et XXIe siècles, l’écriture créative (notamment plurilingue) et la traduction et la traductologie à Aix-Marseille Université. Membre du LERMA EA 853, ses recherches portent sur ces trois domaines. Elle est l’auteur de Côté guerre côté jardin : excursions dans la poésie de James Fenton, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016.

 

Antonietta Sanna • Valéry et la traduction

10 février 2018 • 45 rue d’Ulm 75005 Paris

La critique a toujours attesté que, après avoir produit d’excellentes pages en prose et de subtils poèmes en vers, Valéry s’est enfermé dans une longue période de silence – allant de 1895, date de publication de lIntroduction à la méthode de Léonard de Vinci, à 1917, date de publication de la Jeune Parque – pendant laquelle, à part le compte-rendu de La Machine à explorer le temps de H. G. Wells, de 1899, seule l’écriture des Cahiers subsistait.

Nous allons montrer qu’un important chantier d’écriture concernant la traduction occupe au contraire une partie des années du silence. De 1905 à 1908, en effet, Valéry s’est consacré à un important projet : la traduction des Carnets de Léonard de Vinci. Un travail qui va influencer sa réflexion sur la littérature et préparer le terrain pour l’élaboration d’une intéressante théorie de la traduction.

Antonietta Sanna est professeur de littérature française à l’Université de Pise. Elle a consacré un grand nombre d’essais à l’œuvre poétique de Paul Valéry, au monologue théâtral, à la réception de l’œuvre écrite de Léonard en France du XVIIIème au XXème siècles. Elle s’intéresse à l’analyse génétique des textes, aux rapports texte-image dans la littérature et aux problèmes du multilinguisme et de la traduction. Elle est membre de l’équipe « Multilinguisme, traduction, création et de l’équipe « Paul Valéry » de l’ITEM et collabore à l’édition numérique des Cahiers dirigée par Michel Jarrety.

Séance organisée avec l’équipe ITEM « Paul Valéry »

 

Hélène Thiérard • Raoul Hausmann – la genèse multilingue d’un work in progress

16 mars 2018 • 14h30 – 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311

Raoul Hausmann (1886-1971), l’un des principaux acteurs de Dada Berlin entre 1918 et 1920, a expérimenté avec toutes sortes d’expressions artistiques et littéraires : après les années dadaïstes marquées par le collage, le photomontage, la poésie visuelle et sonore, il s’adonne à la photographie et à l’écriture à partir de la fin des années 1920. Hylé, son work in progress autobiographique commence en 1926 et se poursuit jusqu’en 1958, donnant lieu à deux livres expérimentaux : Hylé I couvre les années 1926-1933 de la vie de Hausmann en Allemagne ; Hylé II, qui porte le sous-titre Ein Traumsein in Spanien [État de rêve en Espagne], est consacré à ses années d’exil à Ibiza entre 1933 et 1936.

L’expérimentation multilingue, essentielle dans Hylé II, repose en grande partie sur l’intégration des langues étrangères dans la situation narrative de l’exil espagnol : l’ibizenque, le castillan, le français, dans une moindre mesure le russe et le yiddish se mélangent ainsi à l’allemand au fil des pages. Au-delà, l’étude de la genèse du texte révèle l’importance spécifique du français, qui devient entre 1939 et 1971 la seconde langue d’écriture de Raoul Hausmann. L’autotraduction en français de Hylé II, entreprise dès la fin des années 1930 est abandonnée par la suite, mais ce dédoublement bilingue est réintégré dans la genèse principale où il participe de l’écriture multilingue.

Dans cette séance du séminaire, je présenterai des documents de genèse témoignant de l’entreprise d’autotraduction de Hylé II en français, ainsi que des brouillons multilingues qui n’ont pas été intégrés au texte final. Il s’agira, à partir d’exemples concrets, d’étudier comment le geste traduisant rend propice la création multilingue et d’interroger la frontière entre autotraduction et réécriture de soi. Ayant moi- même traduit Hylé II en français, j’aimerais aussi poser la question du statut de cette autotraduction partielle dans le cadre d’un projet de traduction allographe, et des usages que peut en faire le traducteur.

Hélène Thiérard est chercheuse en littérature et traductrice. Elle a suivi des études d’allemand et d’anglais (Sorbonne-Paris 4) et a soutenu une thèse en cotutelle sur l’œuvre littéraire tardive du dadaïste Raoul Hausmann, Hylé (2016, Osnabrück/Sorbonne-Paris 3). Ses recherches portent sur les écrivains plurilingues et la traduction, la génétique des textes, les relations intermédiales entre art et littérature, les avant-gardes européennes, les littératures de l’exil et autobiographiques. Elle est membre associée du CEREG (Paris 3), actuellement Postdoc Fellow au Centre Marc Bloch de Berlin et ATER à la Sorbonne Nouvelle.

 

Madeleine Stratford • La traduction des textes plurilingues : de la théorie à la pratique

4 mai 2018 • 14h30 – 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311

En 2008, je me penchais sur les problèmes de traduction posés par les textes littéraires multilingues dans un article intitulé « Au tour de Babel ! Les défis multiples du multilinguisme » (Meta, 53.3, 457-470). Selon la conception traditionnelle de la traduction, les traducteurs ont pour tâche d’uniformiser les discours afin de faciliter la communication entre les peuples. Or, de plus en plus d’écrivains bilingues, voire polyglottes, célèbrent leur bi- ou leur multilinguisme en signant des textes où deux ou plusieurs langues cohabitent. Dans ce séminaire, je résumerai les diverses manifestations et fonctions dumultilinguisme littéraire, puis donnerai quelques exemples de défis de ce type que j’ai moi-même eu à relever dans le cadre de ma pratique de traductrice littéraire en contexte canadien, vers le français comme vers l’anglais. La présentation s’inscrit dans la lignée de l’article de 2008, mais elle va plus loin, en ceci qu’elle mettra au jour une série de stratégies opérationnelles visant à recréer ou à compenser l’effet généré par un texte multilingue.

 

Madeleine Stratford • Je traduis, donc je crée : génétique de ma pratique traductive

1er juin 2018 • 14h30 – 16h30 • CNRS, 59 rue Pouchet 75017, salle 311

Francis R. Jones (2006 et 2011) a déjà remarqué que peu d’investigation empirique avait été effectuée à ce jour sur ce qui se produit dans la « boîte noire » du traducteur de poésie. Cette critique demeure actuelle et s’avère pertinente en ce qui a trait à la boîte noire du traducteur littéraire au sens large. L’invitation de Jones à observer en temps réel le processus de traduction littéraire m’a incitée à l’aborder dans le cadre d’un projet de recherche-création financé par le Fonds de recherche du Québec en société et culture (FRQ-SC). Tenant pour acquis que la traductrice littéraire est une créatrice, j’ai entrepris d’analyser mon propre processus de traduction dans une démarche autopoïétique et heuristique, afin de répondre à la question suivante : Comment fais-je l’expérience de la création quand je traduis un texte littéraire ? Adoptant une méthodologie relevant de la traductologie génétique (voir Cordingley et Montini 2015), j’ai « filmé » mon processus de traduction française du roman Swim de Marianne Apostolides et de traduction anglaise du roman Les corps extraterrestres de Pierre-Luc Landry à l’aide d’un logiciel de captures d’écran. Le logiciel permet aussi de filmer mon visage ainsi que d’enregistrer ma voix. J’ai aussi tenu, en cours de traduction, un journal de bord sporadique. J’ai donc accès à toutes les phases de production des avant-textes.

Madeleine Stratford – Traductrice de littérature contemporaine, je me penche depuis longtemps sur l’interaction sens-forme et sa reproduction dans une autre langue, en particulier dans le domaine de la poésie, mais aussi de la prose. Je considère la traduction littéraire comme une forme de création à part entière, postulat qui guide ma pratique comme mes recherches dans le domaine. Polyglotte (français, anglais, espagnol et allemand) et originaire de la partie minoritaire francophone (le Québec) d’un pays « officiellement » bilingue (le Canada), je m’intéresse particulièrement à la production d’écrivains bi- ou plurilingues et aux défis linguistiques, culturels, voire même idéologiques engendrés par la traduction de ce genre de textes. Je mène également des recherches sur la traduction comme processus, ce qui m’a amenée à appliquer une approche génétique à ma propre activité traductive. Le cycle de conférences que j’envisage à titre de conférencière invitée du labex TransferS de l’ENS présentera l’état de la recherche et de la pratique sur ces sujets, les miennes propres comme celles qui sont actuellement menées au Canada.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search